Découverte d'un squelette à Herculanum : un nouvel éclairage sur l'éruption du Vésuve qui a englouti Pompéi

Cette découverte offre un nouvel éclairage sur l'éruption du Vésuve qui en l'an 79, a englouti Herculanum et Pompéi. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Squelettes de victimes de la catastrophe de l'éruption du Vesuve en l'an 79 à Herculanum, Italie, juin 2017 (BONY/SIPA)

Un squelette découvert à Herculanum (Italie), cité ensevelie sous la lave lors de l'éruption du Vésuve en l'an 79 en même temps que Pompéi, pourrait fournir un nouvel éclairage sur cette catastrophe, a déclaré vendredi le chef du parc archéologique d'Herculanum, Francesco Sirano.

Les restes d'un homme âgé de 40 à 45 ans ont été découverts sous des mètres de roches volcaniques à l'endroit où se trouvait alors le rivage d'Herculanum, avant que l'éruption du Vésuve et les coulées de lave ne le repoussent à 500 mètres.

Il a probablement vu la mort en face au moment où il a été submergé par la lave en fusion qui a recouvert la cité, a déclaré Francesco Sirano à l'agence italienne ANSA. "Il pourrait avoir été un secouriste", a suggéré le spécialiste.

Fugitif

Au moment de l'éruption, une flotte, dirigée par le commandant et écrivain Pline l'Ancien, est venue au secours des habitants. Pline l'Ancien est mort sur le rivage, mais ses officiers auraient réussi à évacuer des centaines de survivants. Le squelette aurait également pu être celui d'un "des fugitifs" qui ont tenté de rejoindre l'un des bateaux de secours, "peut-être le dernier malchanceux d'un groupe qui a réussi à prendre la mer", a ajouté Francesco Sirano.

Il a été découvert sous des restes de bois carbonisé, dont la poutre d'une maison qui pourrait avoir brisé son crâne, tandis que ses os avaient une couleur rouge, sans doute des traces de sang laissées au moment où il a été emporté par la violence de l'éruption.

Les archéologues ont également découvert des traces de tissu et d'objets métalliques, peut-être les reliquats d'objets personnels que l'homme aurait emportés en fuyant, comme un sac, des outils, ou même des armes ou des pièces de monnaie, a expliqué l'archéologue.

Techniques modernes

D'autres restes humains ont été découverts à et autour d'Herculanum, dont un crâne conservé dans un musée romain que certains ont attribué à Pline, mais la dernière découverte peut être étudiée avec des techniques modernes qui permettent "d'en comprendre plus", a souligné Francesco Sirano.

Selon les chercheurs, la température est montée jusqu'à 500 degrés lors de l'éruption, suffisamment pour vaporiser les tissus mous, puis est survenue une chute brutale de la température permettant de conserver ce qui restait.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Archéologie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.