À Aubusson, la Cité internationale de la tapisserie rend hommage à la manufacture Sallandrouze de Lamornaix

La Cité internationale de la tapisserie à Aubusson consacre une exposition à la manufacture des Sallandrouze de Lamornaix, une famille qui a joué un rôle majeur dans l’industrie textile du XIXe siècle. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min.
La fameuse Tapisserie à l'éléphant attribuée à Jean-Baptiste-Amédée Couder. (C. Rongere / France Télévisions)

Installée dans les salles de l'ancien musée départemental de la tapisserie, l’exposition Sallandrouze de Lamornaix, histoire d'une manufacture d'exception permet au public de découvrir, jusqu’au 20 septembre, l’histoire d’une famille dont le nom est étroitement associée à la ville et à la production de tapisserie et de tapis. La visiter, c’est plonger dans l’histoire de ces grandes familles qui ont traversé les décennies, créant une activité, la développant, la menant à son apogée mais connaissant aussi son déclin. 

Exposition Aubusson

Réunies pour la première fois, une quarantaine d'œuvres présentées de manière chronologique, racontent ce qui ressemble fort à une saga : la création de l'entreprise avec Jean Sallandrouze de Lamornaix ; l'apogée avec son fils Charles, dont la direction correspond à l'âge d'or de la manufacture (il fut aussi conseiller général de la Creuse à partir de 1841, député à plusieurs reprises à partir de 1846, et enfin maire d’Aubusson) ; et le déclin avec Octave, son petit-fils, qui connaîtra des difficultés financières liées aux conséquences de la guerre franco-prussienne.

L’usine Sallandrouze de Lamornaix ferma ses portes en 1872. La famille Hamot racheta alors les bâtiments, développant une prestigieuse manufacture de tapis et tapisseries qui deviendra plus tard la Manufacture Saint-Jean.

Exposition Sallandrouze de Lamornaix, histoire d'une manufacture d'exception à la Cité internationale de la tapisserie à Aubusson. (C. Rongere / France Télévisions)

Des pièces exceptionnelles 

Mais les difficultés rencontrées par la manufacture Sallandrouze de Lamornaix n'occultent pas son destin exceptionnel et la qualité des ses productions. Souvent récompensée lors des expositions universelles, elle réalisa des tissus, indiennes, tapis veloutés, moquettes bouclées, grandes tapisseries, "portières" destinées à une clientèle bourgeoise et haut de gamme. 

Parmi les oeuvres phares présentées à Aubusson, on citera celle imaginée par l'ornemaniste Jean-Baptiste-Amédée Couder. Il s'agit de la Tapisserie à l'éléphant (aux dimensions impressionnantes : 7 m de long et plus de 5 m de haut) qui selon les spécialistes, contribua au renouvellement des Arts décoratifs en introduisant l'exotisme. D'ordinaire, cette tapisserie est conservée au Musée du Louvre.

La fameuse Tapisserie à l'éléphant attribuée à Jean-Baptiste-Amédée Couder. (C. Rongere / France Télévisions)

Qu'on apprécie ou pas l'art de la tapisserie, difficile de ne pas s'extasier sur la qualité de telles pièces. "Ce ne sont pas forcément des motifs qui m'intéressent spontanément, reconnaît cette visiteuse, mais quand on voit le travail que ça représente, c'est complètement délirant et c'est beau !".

Exposition "Sallandrouze de Lamornaix, histoire d'une manufacture d'exception". Jusqu'au 19 septembre 2021 à la Cité internationale de la tapisserie
Rue des Arts, 23200 Aubusson. 
Juillet - Août : 10h - 18h tous les jours sauf le mardi de 14h à 18h
Tarifs : de 5,50 à 8€
Tél :
05 55 66 66 66

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Patrimoine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.