Patrick Chauvel, le "rapporteur de guerre", fait don de 380 000 photos au mémorial de Caen

Depuis plus de 50 ans, le photographe Patrick Chauvel couvre les conflits à travers le monde. Ses clichés seront à l'avenir accessibles à tous dans un espace dédié du musée de Normandie.  

Le photographe de guerre Patrick Chauvel
Le photographe de guerre Patrick Chauvel (RAYMOND ROIG / AFP)

Le photoreporter Patrick Chauvel a choisi le mémorial de Caen pour déposer 380 000 photos. En 2020, une salle du musée sera dédiée au travail du grand reporter de guerre.

Un trésor documentaire

Pour les documentalistes du musée, ce "legs" iconographique est un immense cadeau. Ces photos d'archives relatent 50 ans de conflits et seront désormais visibles par tous. "Ces archives indexées et tout ce travail photographique va être à disposition du public et des chercheurs", explique Stéphane Grimaldi, directeur du Mémorial de Caen.

Au-delà des "petites histoires qui font la grande Histoire", comme les qualifient Patrick Chauvel, c'est aussi un moyen de transmettre la réalité des faits. Par l'image bien sûr, mais aussi par la parole. Le journaliste assure qu'il sera présent à Caen une fois par mois.

Capter la vie ou la mort, capturer le tumulte du monde et toujours parler pour ne pas dénaturer la vérité. Des notions de transmission chères à Patrick Chauvel.

C'est fabuleux d'avoir un endroit comme ça où l'on peut raconter l'Histoire et la transmettre à la jeune générationPatrick Chauvel Photographe de guerre

Désormais le fonds Chauvel aura sa place permanente au Mémorial de Caen

Un demi-siècle sur tous les fronts

Cela fait plus de 50 ans que Patrick Chauvel parcourt le monde avec son appareil photo. Un monde contrasté, fait de rire et de mort, d'arme et de coeur, de danger et d'inconnu, un monde pour lequel ce "rapporteur de guerre" voue une fascination infinie.

 A 70 ans, ce baroudeur poursuit sa passion pour le récit. "Rapporter la guerre c’est la raconter. Je ramène la guerre à Paris quand je la raconte, je la mets à table au milieu des gens. Je donne des visages, des noms. Je fais revivre l’histoire aux gens.", racontait le journaliste à radio Prague en 2009. 

De la guerre du Vietnam en 1968 où tout a commencé, de l’Irlande à l'Iran, du Liban à l’Afghanistan, ses images ont fait la Une des plus prestigieux médias dans le monde.

Auteur de nombreux documentaires, son ouvrage Rapporteur de guerre est publié en tchèque aux éditions Garamond.