"On a retrouvé l'élan de la Liberté" : le célèbre tableau de Delacroix "La Liberté guidant le peuple" raccroché au Louvre après sa restauration

C’est une des icônes du Louvre, "La Liberté guidant le peuple",  peint en 1830 par Eugène Delacroix est raccroché mardi dans sa salle d’exposition. Il était parti en restauration en octobre dernier.
Article rédigé par Anne Chépeau
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Le tableau "La Liberté guidant le peuple" d'Eugène Delacroix retrouve sa place au Louvre. (ANNE CHEPEAU / FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

C'est sans doute le tableau le plus connu du musée du Louvre après La Joconde. La Liberté guidant le peuple, ce tableau d'Eugène Delacroix peint en 1830, retourne sur les murs de sa salle d'exposition, mardi 30 avril, après une restauration qui aura duré six mois.

Cette restauration était très attendue, car le plus célèbre tableau d’Eugène Delacroix n’en avait pas connu depuis 75 ans. "La première chose qui saute aux yeux, c'est déjà cet accord coloré de bleu-blanc-rouge, l'accord du drapeau tricolore, décrit Sébastien Allard, directeur du département des peintures au musée du Louvre. Ce qui saute aussi aux yeux, c'est qu'avec l'allègement des vernis, on a retrouvé les plans et de ce fait l'élan de la Liberté."

"On a vraiment la Liberté qui arrive sur le spectateur, soit on la suit, soit on est écrasé par elle."

Sébastien Allard, directeur du département des peintures au musée du Louvre

à franceinfo

Deux restauratrices, dont Bénédicte Trémolières, se sont penchées pendant six mois sur le chef-d’œuvre de Delacroix dans une salle du musée transformée en atelier. Impossible en effet de sortir ce très grand format (260 × 325 cm) du Louvre. Elles ont progressivement retiré les huit couches de vernis posées depuis 1949, retrouvant ainsi la vérité des couleurs, notamment sur la robe de la Liberté. "La robe, par la présence des vernis, semblait uniformément jaune. On s'est rendu compte que finalement Delacroix avait travaillé d'abord sur une robe qui était plutôt dans les tons gris-blanc, avec des nuances bleutées, et sur laquelle il a posé des touches de jaune qui animent cette robe", détaille Bénédicte Trémolières.

Bénédicte Trémolières, une des restauratrices de "La Liberté guidant le peuple". (ANNE CHEPEAU / FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Les visiteurs vont donc poser un regard neuf sur le tableau, dont le transfert entre la salle de restauration et la salle où il est exposé va se faire sur un chariot, via les souterrains du Louvre. "Il y a plusieurs centaines de mètres de couloirs à franchir, explique Côme Fabre, conservateur en charge des peintures françaises du XIXe siècle. On roule très lentement, il faut toujours faire attention aux passages de portes, aux gaines, aux câbles, puisque le tableau avec son cadre mesure plus de trois mètres de hauteur."

Pour Sébastien Allard, la popularité de La Liberté guidant le peuple n’a sans doute jamais été aussi forte. "C'est un tableau qui se recharge constamment en fonction des événements que l'on vit, et en particulier des événements politiques. C'est un tableau qui a aussi très été souvent utilisé dans les luttes pour la liberté de par le monde. Donc c'est une icône associée à l'idée-même de liberté", avance-t-il.

En 2025, Les Croisés à Constantinople, autre grand format de Delacroix, partira à son tour en restauration. Comme, avant lui, La Mort de Sardanapale. Pour voir La Liberté guidant le peuple au Louvre, rendez-vous jeudi 2 mai, le musée étant fermé le 1er mai.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.