Nabil Ayouch : "Much loved est un film vrai"

"Much loved", le film de Nabil Ayouch, raconte la vie de quatre prostituées à Marrakech. Le film a été interdit au Maroc car le royaume l'accuse de donner une trop mauvaise image du pays. Nabil Ayouch estime lui que son film "n’est pas cru, mais vrai".

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Much loved conte l’histoire de quatre femmes qui se prostituent dans Marrakech. Quatre prostituées, utilisées et malmenées par les hommes, tout en étant terriblement émancipées. Le réalisateur Nabil Ayouch montre la vie la nuit à Marrakech, les bars de luxe, les riches saoudiens, les touristes français, les policiers corrompus.

L’image de Marrakech renvoyée par ce film n’a pas plu au royaume qui l’a fait interdire. Pourtant, tout le monde n’est pas contre. "Une bonne partie de la société marocaine a soutenu le film que ce soit des citoyens, des artistes, des journalistes, mais c’est vrai qu’il y a cette image avec laquelle visiblement on a un problème. Je ne sais pas si on peut parler de film cru, je pense que l’on devrait plutôt dire film vrai. C’est cette forme de vérité qui dérange, " explique Nabil Ayouch.

Much loved est presque filmé comme un documentaire, tout va très vite.  "A part Loubna Abidar, qui a eu quelques expériences avant, les trois autres apparaissent pour la première fois devant la caméra et nous offrent des moments exceptionnels de justesse, de beauté" souligne le réalisateur. 

Une interdiction et une plainte

En réalisant son film, Nabil Ayouch ne pensait pas déclencher de telles réactions. "A aucun moment je n’ai cru que ce film allait créer autant de vagues, de violences verbales. Pour moi, un débat sur un sujet comme ça, au-delà de la prostitution, de la place de la femme dans le monde arabe, est essentiel et doit être mené de manière sereine. "

"Much loved" interdit au Maroc. Le reportage d'Anna Ravix
--'--
--'--

Bien que censuré, ou justement parce qu’il a été interdit, le film attise la curiosité et "tout le monde a envie de le voir ne serait-ce que pour avoir une opinion et pouvoir l’émettre et c’est ça l’enjeu du débat public aujourd’hui. Il y a des DVD qui passent sous le manteau, mais ce sont des bouts de film, " constate Nabil Ayouch.

Les femmes sont partout dans la société marocaine, mais, souvent, avec très peu de visibilité.  Avec ce film, c’est la première fois qu’elles sont mises en avant. "C’est peut-être aussi la première fois qu’on les présente de manière aussi battante, guerrière. Pour moi ce sont des amazones des temps modernes. "

Une plainte a été déposée pour pornographie. Le procès est en cours et la prochaine audience est le 29 septembre. "Cela fait 16 ans que je me suis installé à Casablanca et 16 ans que je suis interpellé par cette société qu’elle m’agite, qu’elle m’inspire et j’ai envie de pouvoir continuer à exprimer mon regard. "

Much Loved est un partenariat France Info