Le retour de Ben Harper avec un nouvel album engagé et inspiré des légendes de la soul

Le chanteur-guitariste américain signe un retour en beauté avec un nouvel album “Bloodline maintenance”. Un disque engagé aux notes groove et soul inspiré de l’illustre Marvin Gaye. Il est à l'affiche des festivals de Gignac et de Colmar.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le chanteur et compositeur Ben Harper sur scène lors de la 29ème édition du Cognac Blues Passions festival. (YOHAN BONNET / AFP)

Le musicien au célèbre chapeau revient après quelques années passées sous les radars. À travers un nouvel album, Ben Harper fait un constat des fractures et des dangers qui planent sur notre société. "Je suis terriblement soucieux du monde que nous allons laisser à nos enfants et petits-enfants, au point que j'en perds même le sommeil” confie-t-il à l’AFP.

Ces nouveaux morceaux engagés dépeignent de sombres constats comme les inégalités à l’image de Problem child ou encore la menace nucléaire avec Where did we go wrong. "Je suis aussi impuissant que vous mais, pour les causes qui nous tiennent à cœur, comme lutter contre ceux qui veulent réécrire l'histoire, parfois on doit parler, crier, chanter, car le silence n'est pas une option", a-t-il déclaré à l’AFP.  

L'empreinte des légendes soul

Ce 17e album studio empreint de nouvelles tonalités groove qui ne sont pas sans rappeler un certain Marvin Gaye. Le prince de la soul a su critiquer les injustices à travers sa musique comme dans son album What’s going on, tout en célébrant l’amour et la vie. Un double discours qui a fortement inspiré Ben Harper pour la création de Bloodline maintenance, au fil des douze morceaux le guitariste de génie sonne comme les légendes d'antan.

Le titre Honey Honey évoque l'influence de Ray Charles, More than love celle de Sam Cooke. Pour donner au final, un savant mélange de soul, de jazz, de rock et de gospel. L’artiste est encore à l’affiche de quelques festivals en France jusqu’à fin juillet, à Gignac et Colmar. Il pourrait même y poser définitivement ses valises. Le chanteur a confié à l’AFP vouloir quitter les États-Unis pour l'Hexagone et retrouver “un peu de paix intérieure”. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Soul

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.