The Residents : le mystérieux collectif underground californien au cœur d’une expo à Bourges

Bourges accueille la première rétrospective consacrée au collectif d’artistes américain The Residents. Un groupe atypique et mystérieux créé en 1969 qui navigue entre musique et art contemporain

Les fameux masques de globe oculaire portés par les membres du collectif américain The Residents
Les fameux masques de globe oculaire portés par les membres du collectif américain The Residents (S. Lorusso / France 3)

On ne connaît ni leurs noms, ni leurs visages, un secret bien gardé depuis cinquante ans. Le collectif underground The Residents navigue entre musique, vidéo, théâtre et art contemporain. Pour la première fois, une rétrospective lui est consacrée. C’est à Bourges jusqu’au 2 juin.

C'est une exclusivité mondiale. Une grande exposition consacrée au mystérieux groupe californien The Residents. Mystérieux, car malgré une centaine d’albums et singles et cinquante ans d’existence, on ne connaît toujours pas officiellement le visage, ni l’identité des membres de ce collectif de créateurs très prolifiques qui dès le début ont choisi l’anonymat, souvent cachés derrière leur fameux masque de globe oculaire qui ont participé à forger leur légende.

Ils ont basé tout leur travail sur ce qu’ils ont appelé la théorie de l’obscurité (…) basée sur le fait de pouvoir créer en restant dans l’ombre, en restant dans une zone inconnue, de manière à avoir une très grande liberté, et d’être là où on les attend pas.Isabelle Carlier Commissaire de l'exposition

4 ans de préparation

Pas facile de retracer cinquante ans de création, car l’œuvre de The Residents ne se cantonne pas à la musique et le collectif a développé tout un univers créatif mélangeant théâtre musical, vidéo d’art, fictions interactives et performances diverses.

Il a fallu quatre ans de travail pour offrir au visiteur une plongée insolite dans l’esthétique visuelle et sonore du groupe avec des documents rares, des archives et des projections de films. Le collectif est également venu à Bourges pour préparer l’exposition mais aussi réaliser deux performances inédites dont l’une sera reproduite en 2020 au MoMa à New York.