Roger Hodgson fait souffler la délicieuse nostalgie de Supertramp sur Saint-Riquier

Le cofondateur de Supertramp, actuellement en tournée, a enchanté le public du festival de Saint-Riquier, dans la Somme.

Roger Hodgson (à gauche) et les musiciens David J. Carpenter (basse), Bryan Head (batterie) et Michael Ghegan (saxophone) au festival de Saint-Richer le 3 juillet 2019
Roger Hodgson (à gauche) et les musiciens David J. Carpenter (basse), Bryan Head (batterie) et Michael Ghegan (saxophone) au festival de Saint-Richer le 3 juillet 2019 (Annie YANBEKIAN)

Il a 69 ans mais le temps n’a pas prise sur sa voix si particulière, son timbre à nul autre comparable dans le monde du rock. Pas plus que sur son allure élégante de gentleman discret.

Roger Hodgson est reparti en tournée pour fêter les 40 ans du légendaire album Breakfast in America de son ancien groupe Supertramp qu’il a quitté en 1982. Un album truffé de tubes, parmi lesquels le titre éponyme, mais aussi le mythique Logical Song, Take the Long Way Home (des chansons dont il est l'auteur), et Goodbye Stranger (une chanson de Rick Davies, l’autre cofondateur de Supertramp). L’album Breakfast in America s’est écoulé à 20 millions d’exemplaires, soit le tiers des ventes totales des albums du groupe.

Mais pour sa tournée 2019, pas plus que pour les précédentes, Roger Hodgson ne se contente pas d'un seul répertoire. Il revisite plusieurs disques de Supertramp, mais aussi une partie de sa discographie solo, et la set-list connaît des variations d'un soir sur l'autre.

Mercredi soir à Saint-Riquier, c’est dans le décor authentique du parvis de l'abbatiale, sous un beau ciel bleu, que surgissent à 20h48 Roger Hodgson et ses musiciens, après une première partie assurée vaillamment - avec sa seule guitare - par Sly, un chanteur français imprégné de Liam Gallagher et des Beatles. Côté public, si plusieurs générations se côtoient, les quadras, quinquas et sexagénaires semblent constituer la tranche d'âge majoritaire - celle qui a vécu l'âge d'or de Supertramp.

La voix pure, troublante, incarnée de Roger Hodgson

Alors du Supertramp, le public va en avoir, à profusion. À peine arrivé sur scène, Roger Hodgson, tenue décontractée surmontée d'une veste vert clair, semble esquisser un rituel avec son pianiste Ray Coburn : il essuie son crâne chauve du manche de sa veste ! De quoi nous rappeler le rituel de Laurent Blanc et Fabien Barthez en 1998... Et déjà, la musique démarre, flamboyante. Le solennel Take the Long Way Home, qui ouvrait la face B du 33 tours Breakfast in America (dont quatre chansons au total seront jouées ce soir), lance le show avec son solo d'harmonica. On note avec joie que la voix unique de Hodgson est toujours là, pure, troublante, incarnée.

Roger Hodgson au festival de Saint-Riquier le 3 juillet 2019. Au second plan, le bassiste David J. Carpenter.
Roger Hodgson au festival de Saint-Riquier le 3 juillet 2019. Au second plan, le bassiste David J. Carpenter. (Annie YANBEKIAN)

Roger Hodgson ne se contente pas de chanter. Ce qui rend ses concerts si précieux, c'est aussi ce dialogue permanent, plein d'humour, dans un français imparfait mais charmant, avec le public. Évoquant les "chansons écrites dans la jeunesse de [sa] vie", il déclare simplement : "J'espère qu'une ou deux vont amener de bons souvenirs." Et il enchaîne avec School, l'un des morceaux de bravoure de Supertramp.

Au fil du concert, l'ancienne star de Supertramp s'installe tantôt à un clavier faisant face au public, tantôt à un piano à queue au milieu de la scène, quand il ne reste pas debout, s'accompagnant d'une guitare. Autour de lui, quatre musiciens (un pianiste, un bassiste, un batteur, un saxophoniste) assurent un habillage instrumental dense et coloré, préservant le plus souvent les structures et les arrangements si familiers au public, sans se priver de quelques jolis solos.

Délicieuse cure de nostalgie

Roger Hodgson ponctue son tour de chant de quelques titres de sa carrière solo, parmi lesquels deux extraits de l'album Open The Door (2000), mais aussi le fameux In Jeopardy (1984), avant d'enchaîner avec Breakfast in America  qu'il avait "écrit à 19 ans"...

Derrière la scène décorée de petits palmiers, et dont le fond a été drappé d’un énorme rideau noir secoué par un vent frais et vigoureux, se dresse la façade ornementée de l’abbaye. D'un côté du parvis, à quelques mètres des gradins érigés pour le festival, des veinards assistent au spectacle depuis leur balcon avec vue imprenable sur la scène... Amusé par ces spectateurs clandestins, Hodgson ne manque pas de leur faire signe, saluant les gens "dans la rue"...

Roger Hodgson sur scène, c'est simplement une délicieuse cure de nostalgie à l'écoute de la bande-son d'une génération. Après Fool's Ouverture, l'un des plus grands chefs-d'œuvre de Supertramp, le chanteur britannique revient en rappel pour deux tubes parmi les plus entraînants du groupe, Give a Little Bit et It's Raining Again, avant de s'éclipser une dernière fois sous les acclamations.

Après le concert, le public, ravi, prolonge le plaisir sur les terrasses des cafés de la place dans une ambiance conviviale. Depuis un an, le festival de Saint-Riquier, longtemps réservé à la musique classique, s'ouvre au jazz, au rock et aux musiques du monde, avec une programation séduisante (jusqu'au 12 juillet 2019) pour une manifestation culturelle à échelle humaine. Une bonne adresse à mémoriser, en Somme.

La chanson Take the Long Way Home a ouvert le concert.


> L'agenda-concert de Roger Hodgson, sur son site 

Set-list du concert de Roger Hodgson au festival de Saint-Riquier (3 juillet 2019)

1. Take the Long Way Home
2. School
3. In Jeopardy
4. Breakfast in America
5. Easy Does It
6. Sister Moonshine
7. Along Came Mary
8. Logical Song
9. Death and a Zoo
10. Only because of You
11. Don't Leave Me Now
12. Child Of Vision
13. Dreamer
14. Fool's Ouverture
Rappel
15. Give a Little Bit
16. It's Raining Again

Le groupe de Roger Hodgson

Ray Coburn (claviers), Michael Ghegan (saxophones, flûte, harmonica, voix), David J. Carpenter (basse), Bryan Head (batterie)