Les Inrocks Festival à l'Olympia : retour sur deux soirée électriques avec La Femme et Chilly Gonzales en guest-stars

L'Olympia vient à peine de rouvrir ses portes quand le Festival des Inrocks a investi les lieux pour sonner le grand retour des concerts en France. On y était !

Article rédigé par
Nisrine Manai - franceinfo Culture
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Marlon Magnée, du groupe La Femme, sur la scène de l'Olympia lors du Festival des Inrocks 2021. (RENAUD MONFOURNY/ INROCKS FESTIVAL)

"On est extrêmement heureux d'être là, heureux de voir vos corps, vos pieds, vos mains, vos cheveux, quelques narines". Sur la scène de l'Olympia, micro-casque vissé sur la tête, Blandine Rinkel peine à cacher son émotion. Avec son collectif Catastrophe, elle est la première à goûter les applaudissements d'un public heureux de retrouver un semblant de monde d'avant. Le groupe a été choisi pour lancer à l'Olympia deux jours de fête orchestrés par le magazine Les Inrockuptibles.

À l'affiche : Chilly Gonzales, Catastrophe, Bonnie Banane, Yelle, La femme ou encore Altin Gun. Entre découvertes et retrouvailles, une bouffée d'oxygène après neuf mois de confinement. 

La Femme vient “foutre le bordel”

Après plus de trois ans sans concert, La Femme est de retour. Surplombant la scène, le logo du groupe en forme de main tendue s'illumine soudain, après la folle prestation du collectif Catastrophe et la présence planante des turco-néerlandais Altin Gun. Il est 21 heures 30 ce jeudi 10 juin quand le public voit surgir les six musiciens sur scène.

Membres du groupe La Femme sur la scène de l'Olympia à l'occasion du Festival des Inrocks. (RENAUD MONFOURNY/ INROCKS FESTIVAL)

Derrière de grandes lunettes noires sur lesquelles retombent leur perruque blonde platine, les membres du groupe La Femme s’apprêtent à enflammer la scène de l’Olympia. Et au vu des applaudissements, le public n’attend que ça ! Après une entrée sur Nouvelles-Orléans et Cool Colorado, deux morceaux extraits de leur nouvel album Paradigme, le thermomètre grimpe encore un peu plus dans la salle rouge. Marlon Magnée (l’un des leaders du groupe) fait tomber perruque et veste de costume pour esquisser quelques pas de danse passionnés avec un synthétiseur. 

Marlon Magnée sur la scène de l'Olympia lors du Festival des Inrocks, son synthétiseur à la main. (RENAUD MONFOURNY/ INROCKS FESTIVAL)

Des sonorités rap avec Pasadena, hispaniques avec Le Jardin, sans oublier Nous étions deux, l’hymne qui accompagne la fin des amours, le concert mêle grands classiques et titres extraits de leur dernier album. Et cela pour le grand plaisir du public debout et chauffé à blanc pendant plus d’une heure de concert. Avant que le grand rideau pourpre se referme, La Femme n’oubliera pas de Foutre le bordel, encouragé par des spectateurs déchaînés, un des temps forts du festival. 

"Music is back" 

“Je suis venue spécialement pour Chilly Gonzales. La soirée a bien commencé et je pense que son passage sera la cerise sur le gâteau“. Comme Amina, infirmière de 29 ans, vendredi 11 juin ils sont nombreux à s'être déplacés spécialement pour le showman canadien. L’occasion aussi pour eux, en première partie de soirée, de découvrir l’hypnotisante Bonnie Banane. Une apparition très théâtralisée qui donnait le ton de la soirée.

Chilly Gonzales et son liveband spécialement monté pour le Festival des Inrocks à l'Olympia. (RENAUD MONFOURNY/ INROCKS FESTIVAL)

Car, le fantasque Chilly Gonzales n’est pas connu pour faire dans la sobriété. Emmitouflé dans son peignoir satiné et chaussé de ses habituelles pantoufles, le voilà de profil assis au piano. Acclamé, avant même d'avoir joué la première note.  “Ce soir, le thème c’est music is back” lance-t-il enjoué.

"Qu’est-ce que je pourrais dire d’autres que : quel fucking plaisir !". Chilly Gonzales jubile face à ses fans en délire. D'abord seul, il est rejoint au bout d'une demi-heure  par un live band monté pour l’occasion. Clarinette basse, violoncelle, mezzo violon, thérémine et percussions l'accompagnent tour à tour. 

"Les dieux de la musique nous regardent ce soir". Alors pour leur faire honneur, Chilly et ses musiciens offrent un medley de leurs meilleurs morceaux. Après une blague sur l'importance de la clarinette dans le Lac des Cygnes, ils reprennent le célèbre tube électro Cut Dick de Mr.Oizo enrichi par des sons tirés d'un Ipad.

Une reprise étonnante, mais rapidement surpassée par Music is back, dernier titre de la soirée qui fait écho au retour des concerts dans l’hexagone. "La musique est de retour, alors prend ton vaccin et ton masque !" rappe-t-il en anglais, porté par les acclamations d’un public heureux et rassasié après deux soirées de folie.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Rock

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.