Macklemore aligne les tubes et transforme le Main Square en discothèque géante

Le rappeur était la star de ce samedi au festival d'Arras.

Macklemore n\'a pas eu besoin de lunettes de vue pour apercevoir les très nombreux spectateurs venus pour le voir.
Macklemore n'a pas eu besoin de lunettes de vue pour apercevoir les très nombreux spectateurs venus pour le voir. (Jérôme Pouille / Livenation France Festival)

Pour son troisième concert de l'été en France, Macklemore n'a rien perdu de sa fougue. En un show d'une heure et quart, le rappeur américain a déchaîné le public de la citadelle d'Arras au Main Square festival ce samedi 6 juillet, transformant la cour en dancefloor taille XXL. Un concert coloré, énergisant et calculé, si bien que la setlist est restée presque identique à celles qu'il a présentées aux Solidays et à Garorock.

Les festivaliers sont venus pour lui

Pas un problème pour les festivaliers, venus très nombreux assister au live du rappeur. Une demi-heure auparavant, les rockeurs de Skip the Use avaient enflammé la scène principale, devant une citadelle pleine à craquer. Autant dire que presque l'intégralité du public a décidé de ne pas bouger, attendant patiemment l'arrivée de Macklemore. 

Retrouvez le live de Macklemore au Main Square Festival 2019 en intégralité :

Car Macklemore est LA tête d'affiche de ce Main Square 2019, et les spectateurs sont très nombreux à être venus en priorité pour lui. Si bien que lorsqu'il débarque sur scène à 21h35 pour entamer Ain't Gonna Die Tonight, le public exulte. Il est accompagné de quelques choristes, de danseuses, d'un DJ et du chanteur Eric Nally. 

Une panoplie de tubes

Après cette introduction efficace, Macklemore envoie quelques mots au "meilleur public du monde", puis lance Firebreather. "Vous ramenez des trucs bizarres quand même, adresse-t-il à certains spectateurs. Il y a quelqu'un habillé en banane, et une licorne sur un bâton." Sur sa réclamation, est amenée sur scène la fameuse licorne en peluche, que le rappeur brandit comme Freddie Mercury dégainait son pied de micro. 

Et comme Macklemore n'a presque que des tubes dans sa besace, il ne s'embarrasse pas de titres inutiles. Lorsque s'engagent les premières notes de trompette de Thrift Shop, une forêt de smartphones s'enracine au dessus des têtes du public... "This is f*cking awesome", dit la chanson. Toutes les personnes présentes dans la citadelle semblent d'accord.

Célébration de la diversité

"Quand je viens en France et que je regarde le public, je vois des gens tous différents, clame Macklemore devant un public pourtant assez uniforme. Il y a une diversité et une énergie ici qu'on ne comprend qu'une fois qu'on y est venu." Cette diversité, le rappeur dit vouloir la célébrer. "On ne parle pas la même langue, mais la langue du cœur et de la musique est universelle." Avant, habilement, d'interpréter One Love.

On ne parle pas la même langue, mais la langue du cœur et de la musique est universelle.Macklemore- Main Square

Sur These Days, la citadelle devient une véritable discothèque. Des effets pyrotechniques embrasent le décors, et se reflètent dans les yeux joyeux des spectateurs. Ils sont 40.000, entassés mais assez libres de leurs mouvements pour sauter frénétiquement sur les basses de la chanson.

Une partition assurée, même en solo

Quelques titres plus tard, la fatigue tombe sur les mollets. La fin du concert arrive, mais pas avant une (quasi) ultime explosion. Les cris couvrent presque la musique quand Macklemore lance son tube intersidéral Can't Hold, écrit avec son compère Ryan Lewis. En 2016, le duo s'était déjà produit au Main Square. Macklemore démontre en tout cas qu'il peut très bien assurer sa partition en solo.

Au-dessus des têtes des spectateurs, l\'espace se partage entre bras agités, smartphones devenus caméras et licornes en peluche.
Au-dessus des têtes des spectateurs, l'espace se partage entre bras agités, smartphones devenus caméras et licornes en peluche. (Thomas Hermans / Franceinfo culture)

Le rappeur et son équipe saluent brièvement et quittent la scène, mais le public n'est pas dupe. Les lumières ne se rallument pas. Macklemore s'autorise, comme peu d'artistes, un rappel. "Parce que ç'a été le meilleur concert de l'été", affirme-t-il pour flatter le public des Hauts-de-France. Il termine sur Good Old Days puis Glorious, deux titres phares de son dernier album Gemini. Ce n'est que lorsque Macklemore a définitivement quitté la scène que l'on réalise que le soleil s'est couché sur le Main Square.