Le rappeur américain DMX hospitalisé après une crise cardiaque

Le rappeur DMX, qui a connu son heure de gloire à la fin des années 1990, est dans un état grave à l'hôpital près de New York, après une crise cardiaque.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 1 min.
DMX en concert à Fort Lauderdale (Etats-Unis), le 10 avril 2019 (Larry MaranoLARRY MARANO / REX / SHUTTERSTOCK / SIPA)

Le rappeur new-yorkais DMX a été hospitalisé vendredi soir après une crise cardiaque, et était toujours samedi dans un état critique, a indiqué son avocat Murray Richman.

DMX "a été hospitalisé à 23h00 hier à l'hôpital de White Plains", ville de la banlieue new-yorkaise où il réside, après avoir fait "une crise cardiaque", a indiqué à l'AFP Murray Richman, qui représente le rappeur depuis 25 ans.

"Autant que je sache, il est toujours sous respirateur artificiel", a ajouté l'avocat, se disant "très inquiet". L'avocat a indiqué ne pas pouvoir confirmer les informations de TMZ : selon le site spécialisé, le rappeur new-yorkais, âgé de 50 ans et connu pour avoir eu des problèmes de drogue, a fait une overdose. DMX avait notamment fait une cure de désintoxication en 2019, selon TMZ.

Huit albums entre 1990 et 2015

Le rappeur, de son vrai nom Earl Simmons, a connu son heure de gloire à la fin des années 1990 et début des années 2000, avec des tubes comme X Gon' Give It To Ya ou Party Up. Auteur de huit albums, le dernier en 2015, DMX fait partie des figures les plus sombres du hip-hop, exposant ses démons intérieurs dans des hymnes qui lui ont valu un succès aussi bien commercial qu'auprès de la critique.

Son premier grand single, Get At Me Dog, avec Def Jam, est sorti en 1998, tiré de son premier album en studio, It's Dark and Hell Is Hot. L'album s'était hissé à la première place du classement de Billboard, avec un deuxième hit, Ruff Ryders' Anthem, marquant le début d'un succès commercial qui a duré plusieurs années.

DMX a souvent eu affaire à la justice : il a été inculpé pour possession de stupéfiants, cruauté envers les animaux, conduite dangereuse, non-paiement de pension alimentaire, ou encore pour s'être fait passer pour un agent fédéral.

En novembre 2017, il avait plaidé coupable de fraude fiscale, reconnaissant avoir évité de payer 1,7 million de dollars d'impôts. Il avait été condamné à un an de prison et à restituer quelque 2,3 millions de dollars.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.