"Le rap marseillais a su garder une force" : à l'occasion de la réédition de "Chroniques de Mars", retour avec Imhotep sur une compilation culte

Avec "Chroniques de Mars", en 1998, le rap marseillais avait frappé un grand coup sur la scène francophone. Un album collectif lancé par Imhotep, le producteur historique du groupe IAM. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
A l'origine de "Chroniques de Mars", le producteur d'IAM Imhotep.  (ARNAUD JOURNOIS / MAXPPP)

C'est une compilation culte de rap qui revient sur le devant de la scène ces derniers jours. Chroniques de Mars, sortie en 1998, est désormais disponible sur les plateformes de streaming et bientôt en vinyle, grâce à la passion de fans de rap basés en Bretagne.

Nous sommes en mars 1998 : la France n’est pas encore championne du monde de football mais Marseille est championne du rap francophone, dans la foulée de la sortie de L’École du micro d’argent d’IAM, du premier album de la Fonky Family, Si Dieu veut... et quelques jours avant, de la bande originale du film Taxi. C'est dans ce contexte qu’Imhotep, alias Tonton Pedro, a l’idée de cet album collectif, pour lancer son label indépendant Kif Kif productions. "Quand on est parti tourner en Suisse, en Belgique, au Canada, même en Afrique francophone, on a très vite compris que c'était une époque qui avait été marquée par le rap marseillais", se souvient le producteur.

Des morceaux devenus cultes

Au casting, tous les rappeurs d’IAM, de la FF ou du 3e Œil sont là, mais aussi des petits nouveaux. Pour les morceaux devenus cultes pour certains, on peut citer La garde meurt mais ne se rend pas des deux frères Shurik’N et FAF La Rage, Le Mégotrip avec Akhenaton, Le Rat Luciano et Freeman, et surtout Le retour du Shit Squad, basé sur un sample du musicien et compositeur né à Marseille Franck Pourcel. Un morceau long de plus de sept minutes (et donc indiffusable en radio) où il est beaucoup question de fumette, et où dix rappeurs se succèdent.

"L'histoire de ce morceau, c'est moi dans mon petit studio à Marseille, parti acheter des vieux vinyles au marché aux puces, raconte Imhotep. Je tombe sur ce vieux vinyle de Franck Pourcel, au moment où on commençait à travailler sur Chroniques de Mars".

"Dès que je faisais écouter cette instru, tout le monde me disait : 'je veux être dessus, je veux être dessus'. D'où l'idée de faire un morceau collectif de plus de sept minutes. C'est tout simplement que tous les MC voulaient en être."

Imhotep, architecte du projet "Chroniques de Mars"

à franceinfo

Un morceau et une compilation dont on parle encore aujourd’hui à Imhotep, alors que son label n’existe plus, et au moment où une nouvelle compilation de rap marseillais 13'Organisé pilotée par le rappeur-phénomène Jul cartonne depuis des mois sur les plate-formes de streaming. "Même si au niveau de mes goûts je n'y trouve pas forcément mon compte, c'est un album qui me rend super fier, explique Imhotep, parce que le rap marseillais a su garder une force, une originalité, une inspiration". "Longue vie au rap marseillais, longue vie à Marseille, et encore bravo pour ce projet 13'Organisé."

Imhotep et le retour des "Chroniques de Mars" : reportage de Matteu Maestracci
écouter

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.