Le hip-hop, un courant musical qui n'a cessé de se réinventer depuis 50 ans aux Etats-Unis

Apparu au début des années 1970 dans le Bronx, grâce à une géniale idée de DJ Kool Herc, le hip-hop est en perpétuelle mutation grâce à des artistes qui en font l'écho de leur époque. Revue de détail.
Article rédigé par franceinfo Culture avec AFP
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min
DJ Kool Herc, considéré comme le père du hip-hop, à New York en août 2019. (STEVEN FERDMAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

Le hip-hop naissait à New York, il y a cinquante ans, le 11 août 1973. Au rez-de-chaussée d'un immeuble HLM au 1 520 Sedgwick Avenue, dans le Bronx (l'un des cinq arrondissements new-yorkais), Clive Campbell, alias DJ Kool Herc, fait tourner le même disque sur deux platines. Le DJ d'origine jamaïcaine isole ainsi les séquences de rythmes et percussions et les fait durer dans les enceintes, préfigurant le breakbeat, composante essentielle du courant musical. Depuis, le hip-hop américain n'a cessé de se renouveler. Découvrez ses différents visages sur cinq décennies. 

"Old school" à ses débuts

Le hip-hop dit "old school" correspond aux premiers enregistrements commerciaux de 1979 à 1983, comme le titre Rapper's Delight de The Sugarhill Gang, premier succès rap de l'histoire, sorti le 16 septembre 1979 et conservé à la prestigieuse Bibliothèque du Congrès à Washington.

A ses débuts, le hip-hop s'axe sur le thème de la fête, avec des techniques de rap simples et un tempo modéré, avant que le groupe Grandmaster Flash and the Furious Five avec sa chanson The Message, qui décrit avec réalisme la vie et la pauvreté dans les ghettos, n'apporte un style conscient au genre. Afrika Bambaataa, DJ Kool Herc, Melle Mel et Grandmaster Caz figurent aussi parmi les artistes majeurs de cette époque.

Un "âge d'or" impulsé par la côte Est 

La côte Est, en particulier New York, a joué un rôle central dans le développement du hip-hop dans les années 1980 et le début des années 1990, dit "l'âge d'or". Les groupes Run-DMC et Beastie Boys se distinguent par leur interprétation plus stricte du hip-hop que leurs prédécesseurs aux accents disco, tout comme Public Enemy qui se fait connaître pour ses titres aux thèmes politiques, évoquant le racisme et le "Black Power". Jeux de mots complexes et métaphores élaborées prononcés avec un débit rapide caractérisent la musique d'alors, incarnée par des artistes comme LL Cool J, Nas, Big Daddy Kane ou encore le groupe Wu-Tang Clan.

Introduisant des éléments jazz et R&B, les groupes De La Soul et A Tribe Called Quest deviennent des pionniers du "hip-hop alternatif" tandis que les femmes commencent à s'imposer sur scène, avec notamment Salt-N-Pepa, Foxy Brown et Lauryn Hill, championne du rap mélodique. Le rappeur The Notorious B.I.G., soutenu par Puff Daddy, devient le roi de la côte Est avec la sortie de son album culte Ready to Die en 1994, jusqu'à son meurtre en 1997.

Le gangsta rap de la côte Ouest

Le hip-hop de la côte Ouest, au tempo rapide, influencé par la musique électronique, connaît son apogée au milieu des années 1990, lorsque le gangsta rap et le G-Funk commencent à s'imposer. Le groupe NWA connaît ainsi un succès fulgurant en 1988 avec son album Straight Outta Compton, certifié disque de platine, dans lequel il dénonce le racisme et les violences policières avec des paroles crues qui suscitent la polémique.

Après sa dissolution, certains membres font une éclatante carrière solo comme Ice Cube et Dr. Dre dont l'album The Chronic introduit au public un certain Snoop Dogg, dont le style décontracté devient un symbole de la G-Funk. Dr. Dre révèle et façonne un autre grand nom du rap : Eminem.

Tupac Shakur, considéré comme l'un des plus grands rappeurs de l'histoire, s'élève aussi contre l'injustice dans ses textes avant son meurtre en 1996, quelques mois avant celui de son grand rival The Notorious B.I.G. (Biggie).

Le bling-bling des années 2000

Le triomphe commercial de Biggie ouvre la voie à d'autres stars de la côte est comme Jay-Z, DMX, Busta Rhymes et 50 Cent. Le bling-bling du tournant des années 2000 est né. Jay-Z, dont le titre Hard Knock Life (Ghetto Anthem) fait un tabac, s'entoure de producteurs comme Kanye West, reconnu dès le début de sa carrière pour son sens de l'innovation.

Nicki Minaj est de son côté saluée pour son flow foudroyant tandis que Kendrick Lamar devient l'un des rappeurs les plus influents de sa génération avec ses textes politiques et poétiques.

La trap et la drill de nos jours

Dans les années 2010, le noyau dur du rap migre à Atlanta en Géorgie dans le sud du pays, où se développe la trap, un sous-genre du hip-hop marqué par des cymbales et de la batterie électronique.

La trap, dont le nom fait référence aux lieux où se déroule le trafic de drogue, reste l'un des styles de musique américaine les plus populaires, son influence allant de la pop à la musique électronique en passant par le reggaeton. OutKast, T.I., Gucci Mane et Lil Wayne l'ont popularisée et permis à des stars comme Young Thug, Migos, Cardi B et Megan Thee Stallion d'émerger.

La drill, autre sous-genre, qui renoue avec les paroles agressives du gangsta rap, a vu le jour à Chicago avant de s'imposer à New York avec des rappeurs comme Pop Smoke, Fivio Foreign et Ice Spice.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.