HER en concert d'adieu samedi à Paris, Victor Solf veut se réinventer en 2019

Nous avons demandé à certains de nos musiciens préférés l'an dernier de revenir brièvement sur 2018 et de se projeter sur 2019. Victor Solf, qui a vaillamment tenu le projet HER à bout de bras depuis la mort de son partenaire Simon Carpentier en août 2017, sortant un album majestueux, s'apprête à refermer le chapitre HER ce samedi au Zénith de Paris avec un concert d'adieu. Avant de se réinventer.

Victor Solf du groupe HER.
Victor Solf du groupe HER. (Julot Bandit)
Votre résolution (ou objectif) number one pour 2019 ?
2019 marque un nouveau tournant dans ma vie, tant personnelle que professionnelle. J’ai conscience de tout ce à quoi je renonce en arrêtant Her, mon objectif est donc de me concentrer à fond sur l’écriture et la composition de nouveaux morceaux. Je suis déjà pas mal dans ce processus, le tout sans ordinateur, avec un piano et un stylo. Un peu besoin de revenir à l’essentiel et de me délester de tout ce qui n’est pas indispensable à la création et qui peut parfois peser dans la vie d’un artiste.

Quel a été votre gros coup de cœur musical l'an passé ? Pourquoi ?
Victor Solf de Her : Ma plus grosse claque a été l’album "Jassbusters" de Connan Mockasin. Cela fait du bien d’écouter un artiste en 2018 qui ne cherche pas à surproduire sa musique mais qui écrit de bonnes chansons, parfois minimalistes, souvent très organiques. L’une d’entre elles a été enregistrée dans sa chambre d’hôtel avec tous ses musiciens et on entend le bruit des portes claquer. J’aime l’ambiance qui s’en dégage et l’histoire que ça raconte.


Quelle est la chanson que vous avez le plus chantée ou fredonnée hors scène, seul ou avec vos proches l'an passé ? (Citez quelques paroles de la chanson) 

C’est peut-être l’effet du blockbuster "Bohemian Rhapsody" que j’ai adoré et qui m’a rappelé certains épisodes heureux ou malheureux de notre aventure avec Her (en toute humilité évidemment, mais je pense aux thèmes de la vie de groupe et de la maladie notamment). En tout cas le morceau "Cool Cat" de Queen a pas mal bercé mes derniers mois. Ça groove tellement et Freddy Mercury a une voix plus langoureuse que d'habitude.

You're taking all the sunshine away
Making out like you're the main line (I knew that)
'Cause you're a cool cat
Tapping on the toe with a new hat
Ooh just cruising

"Cool Cat" de Queen

Faites un vœu (même utopique, genre baguette magique) pour 2019 ? 
Je suis angoissé par les prédictions de Stephen Hawking qui prévoit la fin de notre civilisation sur terre d’ici 100 ans. Il a une théorie contestée par certains scientifiques qui consiste à dire qu’il faudra en gros sélectionner quelques ‘"happy fews" pour les sauver et les envoyer sur une autre planète afin de construire une nouvelle civilisation. Ça pose beaucoup de questions éthiques et nous rappelle qu’on fonce droit dans le mur. Clairement, mon vœu serait donc qu’on n’en arrive jamais là et qu’on trouve vite une solution pour sauver la planète. Simple non ?

 

Ce qui vous excite le plus dans vos projets des mois à venir et pourquoi ?
Je démarre un nouveau projet après le Zénith de Paris le 2 février donc énormément de choses m’excitent. Ce que je recherche le plus c’est de réussir à me renouveler, à me réinventer. J’ai fait cet album avec Her et je veux faire autre chose aujourd’hui. Je suis très heureux à l’idée de collaborer avec d’autres artistes aussi, que ce soit pour eux en réalisant des albums ou pour des featurings. Ne plus être en tournée et avoir un rythme de vie plus apaisé aussi.
 
Question subsidiaire : Y a-t-il un groupe ou un artiste (tous champs artistiques) encore méconnu que vous voudriez nous faire découvrir ?
Ivan Dorn, un artiste ukrainien que j’adore. Un grand artiste et une belle personne. Il fera notre première partie au Zénith ce samedi.
 
Her donne son ultime concert en France samedi 2 février au Zénith de Paris (puis le 26 février à Bruxelles). Victor Solf se lance ensuite dans un nouveau projet.