Avec "Eiskeller", Rover forge la beauté dans la glace

Enregistrer un album dans un ancien atelier à glace, où la température ne dépasse jamais les 8 degrés ? Oui, pour Timothée Régnier, alias Rover, qui s'est enfermé dans d'anciennes glacières à Bruxelles pour composer et enregistrer "Eiskeller", son troisième album sorti vendredi. Un confinement volontaire dans un lieu à apprivoiser.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Timothée Régnier, alias Rover. (CLAUDE GASSIAN)

Un album de Rover - celui-ci est le troisième, six ans après Let It Glow - c'est toujours l'assurance de chavirer à un moment donné. Dans l'inflexion de la voix ou ses mélodies imparables, Timothée Régnier n'a plus rien à apprendre depuis longtemps mais son Eiskeller, "cave à glace" en allemand, est né d'un défi a priori insurmontable. Plusieurs mois dans les anciennes Glacières Saint-Gilles à Bruxelles, lieu immense, désaffecté, froid, plein d'une âme glaciale. "Je me suis dit que ce serait intéressant de mettre tous mes instruments dans la même pièce, explique-t-il, ce que je fantasmais depuis longtemps, étant d'habitude toujours en tournée".

"Cela a pris du temps pour apprivoiser, c'était a priori le pire endroit possible pour faire de la musique !", s'exclame-t-il avec le recul. C'est toujours lui qui joue de tous les instruments, qui touche de plus en plus à la technique aussi. Confiné volontaire en confinement mondial, Rover a pu creuser chaque texte, chaque structure de mélodie.

"Le temps est un luxe, il nous manque à tous... Moi, je l'ai pris !"

Rover, à franceinfo

L'album est superbe, c'est une habitude, les concerts se font attendre, évidemment. Mais l'artiste le prend avec pas mal de philosophie. Il le reconnaît : "Moi, si je pouvais jouer dès ce soir, devant un public masqué et distancié au nombre de 15 personnes, je le ferais, même si je suis déjà dans une nostalgie des Olympia pleins où on sent la sueur". Quel que soit le costume, quel que soit le lieu, Rover s'adapte et Rover séduit, toujours.

Le nouvel album de Rover, né de la rencontre avec un lieu a priori indomptable | La chronique de Yann Bertrand
écouter

Rover, Eiskeller (Cinq7/Wagram). Album disponible.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pop

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.