Venue assister à un concert, la jeune mezzo-soprano Adèle Charvet remplace un contre-ténor au débotté : chapeau !

Alors qu'elle n'avait jamais chanté ni travaillé le "Messie" de Haendel, la mezzo-soprano Adèle Charvet ne s'est pas dégonflée lorsqu'elle a été sollicitée pour remplacer un soliste à l'improviste, mardi soir, à l'auditorium de Radio France. 

L\'auditorium de Radio France en 2014.
L'auditorium de Radio France en 2014. (LOIC VENANCE / AFP)

La chanteuse lyrique Adèle Charvet, qui assistait en tant que spectatrice à une représentation du Messie de Haendel mardi soir à Paris, a remplacé au débotté un soliste, qui ne pouvait plus continuer son rôle, une situation peu banale relatée mercredi par France Musique.

La mezzo-soprano était venue écouter ce concert donné à l'Auditorium de Radio France par La Chapelle Harmonique, un ensemble de musique baroque dirigé par un de ses amis, le jeune chef de 23 ans Valentin Tournet. Le célèbre oratorio de Haendel avait commencé normalement, mais tout a basculé pendant l'entracte, lorsqu'on apprend qu'un des interprètes, le chanteur sud-coréen David DQ Lee, n'est plus en mesure de continuer.

La chanteuse à dû se lancer sans filet

"J'étais juste venue écouter le Messie de Haendel et je pensais passer une soirée tranquille dans mon siège, du côté du public. J'étais aussi venue encourager Valentin Tournet, et au moment de la pause, je croise la régisseuse de la salle qui m'apprend que le contre-ténor ne peut plus chanter une seule note et me dit d'aller voir en coulisses parce qu'il faudrait probablement que je chante" à sa place, a raconté Adèle Charvet à l'AFP.

J'ai été un peu prise de panique, car je n'ai jamais ni chanté ni travaillé cette oeuvre, mais il a fallu y aller tout de suite...Adèle Charvetà l'AFP


"J'ai pris un programme pour voir ce qu'il restait à chanter pour la voix d'alto et je suis allée dans la loge de Valentin, qui m'a aidée à déchiffrer la pièce", avec la violoncelliste Natalia Timofeeva et le ténor David Webb, poursuit l'artiste.

Si la tessiture d'Adèle Charvet lui permettait d'interpréter les passages à chanter, d'un registre proche du sien (le contre-ténor masculin correspond à un soprano féminin), elle a dû se lancer sans quasiment pouvoir s'échauffer et en ayant très peu de temps pour appréhender l'oeuvre.

Une "très belle expérience" à découvrir le 5 novembre sur France Musique

"On a rallongé l'entracte d'un petit quart d'heure, pour que j'aie le temps de ne pas faire n'importe quoi, et c'était parti. Je n'ai pas eu le temps de penser à grand chose, je suis montée sur scène, en jean, et ça s'est mieux passé que ce que j'imaginais... Le public et les spectateurs étaient tellement encourageants et contents", souligne la chanteuse.

"C'était une très belle expérience pour moi, et surtout drôle de voir la première partie au milieu du public, et la deuxième au coeur du propos", a-t-elle conclu, en saluant la performance du chef et de son ensemble, qui ne se sont pas démontés, malgré cette situation particulièrement baroque... Le concert sera diffusé le 5 novembre sur France Musique.