Le festival d'Aix-en-Provence commande la création d'un opéra à la compositrice finlandaise Kaija Saariaho

Un "opéra thriller" de la Finlandaise Kaija Saariaho sera en création mondiale en juillet 2020 au Festival d'art lyrique d'Aix-en-Provence, dans une mise en scène de Simon Stone.

La compositrice finlandaise Kaija Saariaho (13 septembre 2016)
La compositrice finlandaise Kaija Saariaho (13 septembre 2016) (YANNICK COUPANNEC / LEEMAGE / AFP)

Le Festival d'art lyrique d'Aix-en-Provence (sud de la France), un des plus prestigieux au monde, accueillera entre le 30 juin et le 18 juillet 2020 une flopée de metteurs en scène et de chefs d'orchestre stars, de Simon Stone à Simon Rattle, et confie à la grande compositrice Kaija Saariaho la création mondiale d'un opéra.

En tandem avec ses compatriotes, la cheffe d'orchestre finlandaise Susanna Mälkki et la romancière Sofi Oksanen qui a écrit le livret, Kaija Saariaho crée Innocence, un "opéra-thriller" sur des fantômes du passé qui viennent hanter un banquet de mariage. C'est la première fois qu'une compositrice crée un opéra pour le festival.

Le cinquième opéra de Kaija Saariaho

"Kaija Saariaho a rêvé d'écrire cet opéra", qui est son cinquième, a affirmé à l'AFP Pierre Audi, le directeur du festival d'Aix-en-Provence, qui signe sa deuxième programmation (30 juin-18 juillet). "Kaija et Susanna travaillent depuis longtemps ensemble, avant même que l'on se pose la question de la présence des femmes dans les festivals", a-t-il précisé. Kaija Saariaho a notamment composé Only the Sound Remains (2016) et L'Amour de loin, salué par le New York Times comme meilleure nouvelle oeuvre en 2000.

Le Festival espère répéter le succès mondial -chose rare pour un opéra contemporain- de Written on Skin (2012) du Britannique George Benjamin.

Cette coproduction avec cinq maisons d'opéras internationaux sera montée par Simon Stone, le prodige australien très présent en France ces dernières années, avec récemment une Traviata très "millenial" à l'Opéra de Paris.

Pour un répertoire nouveau à Aix

Pierre Audi prône l'introduction de compositeurs et d'un répertoire qui n'ont jamais été entendus à Aix, comme la Tosca de Puccini, montée par Christophe Honoré l'année dernière et saluée pour son originalité.

Parmi les quatre autres opéras à l'affiche, figure Wozzeck de l'Autrichien Alban Berg (1885-1935), sous la baguette du Britannique Simon Rattle, un des plus grands chefs d'orchestre au monde qui vient avec sa prestigieuse London Symphony Orchestra (LSO). La mise en scène est de Simon McBurney, plus connu pour son travail au cinéma et au théâtre mais qui avait déjà ravi Aix en 2014 avec sa version de La Flûte enchantée de Mozart. Quant au rôle-titre du soldat Wozzeck qui sombre dans la folie, il est confié au très populaire baryton Christian Gerhaher. "C'est le plus grand 'Wozzeck' vivant, c'est un artiste extraordinaire, on en trouve cinq en 100 ans comme lui", a affirmé Pierre Audi.

Mozart, Monteverdi et une brochette de stars

Autre nouveauté, l'opéra russe Le Coq d'or de Rimski-Korsakov, monté par Barrie Kosky qui revisite souvent les classiques de manière déjantée et qui est omniprésent en France en 2019-2020. Suivant la tradition, le festival donne un opéra de Mozart : ce sera Cosi fan Tutte, dans une mise en scène du Russe multiprimé Dmitri Tcherniakov, avec le chef d'ochestre Thomas Hengelbrock.

Du baroque aussi avec Le couronnement de Popée de Monteverdi, dirigé par Leonardo Garcia Alarcon, mis en scène par Ted Huffman, et L'Orfeo du même compositeur en version concert.

La programmation d'Aix contient également son lot de stars : Simon Rattle organise une parade musicale avec la LSO sur le cours Mirabeau, Gerhaher et la soprano française très demandée Sabine Devieilhe donneront chacun un récital, de même que le célèbre contre-ténor et breakdanseur Jakub Jozef Orlinski.