"La Ville Morte" : l'Opéra de Limoges revisite Orphée avec des jeunes de cités

"La Ville Morte", "Die Tote Stadt" en allemand, opéra de l’Autrichien Wolfgang Korngold, est à l'affiche de l'Opéra de Limoges. Pour sa dernière création, l'établissement ne se contente pas d'une production hors-norme, il invite aussi une vingtaine de jeunes issus des quartiers périphériques de Limoges à côtoyer sur scène choristes et musiciens.

La Ville Morte de l’Autrichien Wolfgang Korngold revisite le mythe d’Orphée
La Ville Morte de l’Autrichien Wolfgang Korngold revisite le mythe d’Orphée (France 3 culturebox)
"La Ville Morte" est une évocation de Bruges, la ville dans laquelle Paul traîne sa mélancolie et son obsession pour Marie, son épouse défunte et pour Marietta, celle qui lui ressemble étrangement mais qui en revanche est bien vivante. L'opéra de l'Autrichien Wolfgang Korngold, écrit en 1920, revisite le mythe d’Orphée qui va braver les enfers pour retrouver son épouse. 

Reportage France 3 Limousin N. Djailani / X. Beaudlet

140 musiciens et danseurs sur scène

Dans son oeuvre, le compositeur viennois prévoyait un effectif orchestral important. La metteur en scène Sandrine Anglade a fait le choix de lui rester fidèle et de placer sur scène les 77 musiciens de l’Orchestre de l’Opéra de Limoges aux côtés des 8 solistes et 32  choristes. Un dispositif scénique imposant, auquel participe aussi 23 jeunes issus de quartiers populaires de Limoges.

Dans ce projet baptisé Opéra Kids, les enfants viennent hanter la mémoire de Paul. "On est des sortes de fantômes qui sont dans le rêve de Paul, le personnage principal," explique l'un d'eux. "C'est marrant de jouer des morts, j'aime bien".