Musique : soirée féminine et engagée au festival Days Off

Au programme du festival Days Off, mardi : les concerts de Kate Tempest, une slammeuse-rappeuse anglaise magistrale, et Savages, un groupe de rock furieux et élégant. Des artistes et des femmes engagées chacune à leur manière.

Kate Tempest a sorti l\'année dernière l\'album \"Let Them Eat Chaos\".
Kate Tempest a sorti l'année dernière l'album "Let Them Eat Chaos". (ROBIN POPE / MAXPPP)

Elles ont chacune marqué l'année musicale en 2016, sur un champ de bataille où la diversité et l'originalité sont souvent des herbes folles. Ces artistes ont imposé leur voix à leur manière. Il y a d'abord les quatre Anglaises du groupe Savages, sauf la chanteuse Jehnny Beth, de son vrai nom Camille Berthommier, qui est donc française. De concerts en festivals, en défendant leur deuxième album Adore Life, leur énergie a tout dévasté grâce à du rock et du punk hors limites, sur un terrain très masculin. Savages chantent l'amour et la rage, sans clichés ni faux semblants.

Elles seront précédées mardi 4 juillet sur la scène de la Cité de la musique par la rappeuse Kate Tempest, anglaise elle aussi, et qui se place sur un terrain encore plus masculin. Auteure, dramaturge, slammeuse, rappeuse, la jeune femme a peut-être signé l'album le plus ébouriffant de l'année dernière. Let Them Eat Chaos est la chronique quotidienne d'un quartier londonien gagné par la gentrification et les inégalités.

Sur scène comme dans son album studio, Kate Tempest est engagée, intense et immensément lettrée. Elle conçoit son art avec un besoin d'empathie : "L'empathie, cette idée de regarder plus près, de nous autoriser à mieux voir tous ces gens qu'on croise au quotidien, est une immense partie de mon travail", explique la jeune femme.

Savages et Kate Tempest au festival Days Off : un engagement sans faux semblants. Le reportage de Yann Bertrand
--'--
--'--