Musique : l'autoproduction devient tendance

De nombreux artistes décident de s'autoproduire, parfois à perte et au détriment du temps nécessaire pour composer. Comme l'illustre Damien Schmitt, batteur d'un groupe de jazz.

Voir la vidéo
FRANCE 3

Face aux difficultés des maisons de disques, de plus en plus d'artistes produisent eux-mêmes leurs albums. "Ça n'allait jamais. Elles voulaient nous diriger et qu'on fasse quelque chose qui nous plaisait moins et ne me ressemblait pas en tout cas. On a décidé de monter notre propre label, de se prendre en mains et de se produire nous-mêmes", explique Damien Schmitt, batteur et compositeur, qui a réuni plusieurs artistes de jazz autour de lui.

De l'argent et du temps

Pour produire le CD, le DVD et le concert de lancement de son album à Paris, Damien Schmitt a investi au total 29.000 euros. Grâce au financement participatif, aux subventions et à la vente de CD, le batteur a récupéré 21.000 euros. Il a donc sorti 8.000 euros de sa poche. Pour compenser le manque de moyens, l'artiste mise beaucoup sur les réseaux sociaux et la relation directe avec le public. Une démarche qui demande énormément de temps, qui manque alors à Damien Schmitt pour composer de nouveaux morceaux.

Le JT
Les autres sujets du JT
Damien Schmitt, batteur et compositeur, a choisi l\'autoproduction.
Damien Schmitt, batteur et compositeur, a choisi l'autoproduction. (FRANCE 3)