Tubes de l'été : comment ça marche ?

Chaque été, des airs et des paroles finissent par s'imposer dans nos têtes, pour le meilleur et pour le pire. Les tubes de l'été sont le résultat d'une alchimie naturelle, d'un vrai coup de cœur ou de la réussite d'une opération de marketing.

La pop sucrée de Julien Doré, le rap endiablé de Bosh ou encore la balade écolo de Yannick Noah, trois prétendants au tube de l'été 2020. Des titres joyeux et dansants. Pour plaire au public, il suffit de quelques ingrédients. Plus de trente ans après, tout le monde a encore en tête la Lambada, du groupe brésilien Kaoma. Il est considéré comme l'archétype du tube de l'été, comme la Macarena, débarquée d'Espagne en 1996.

Des influences sud-américaines

L'histoire des tubes est une formidable machine à remonter le temps. Depuis, la musique électronique a beaucoup évolué, tout comme les clips de production à gros budgets. Rythmes exotiques, danses sensuelles, l'objectif est de dépayser le public. Depuis quelque temps, les rythmes latinos ont la cote. "La marché sud-américain tracte la production mondiale", constate Gaël Sanquer, directeur délégué des médias musicaux du groupe NRJ.

Le JT
Les autres sujets du JT
Tubes de l\'été.
Tubes de l'été. (FRANCE 2)