Cet article date de plus de dix ans.

Le vinyle à la fête pour le Disquaire day

Pour la troisième année consécutive, le Disquaire day est fêté en France ce samedi. Imaginé en 2007 aux Etats-Unis, cet événement met les disquaires indépendants à l'honneur. Profession presque disparue avec la dématérialisation de la musique et les grandes surfaces culturelles,les disquaires surfent sur le retour à la mode du vinyle.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Franceinfo (Franceinfo)

Certains le croyaient disparu, parti à jamais rejoindre la cassette audio et la disquette au paradis des objets obsolètes. Pourtant, non seulement le vinyle a survécu au CD et à la musique en ligne, mais il revient au goût du jour. A l'occasion du troisième Disquaire day, le disque vinyle et ceux qui le défendent, les disquaires indépendants, sont mis en avant.

Le vinyle, c'est d'abord un son, celui du diamant se posant sur le disque. Ce crissement caractéristique fait de plus en plus d'adeptes en France, car l'objet vinyle est bien plus qu'une simple addition de titres. C'est ce que soutient le Calif (Club Action des Labels Indépendants Français), qui dénonce dans un communiqué l'évolution du disque depuis les années 1980, le fait d'avoir pris le disque pour un bien marchand quelconque et d'avoir "négligé l'un des maillons essentiels de sa transmission auprès du public" : les disquaires.

Un nouveau disquaire tous les trois mois

Plus encore peut-être que les librairies indépendantes, les disquaires ont souffert au cours des deux décennies écoulées. Selon les chiffres du Calif, près de 90% des magasins indépendants ont disparus au profit des rayons disques des grandes surfaces.

Mais aidés par le retour de "mode" vers le disque vinyle, les disquaires ont survécu. Ainsi, David Godevais, directeur du Calif, affirme que désormais  : "contrairement à ce qui se passe sur les enseignes de la grande distribution spécialisée dans les biens culturels, les disquaires indépendants se portent plutôt bien"

"Cette année , poursuit-il, on n'a pas constaté de fermeture de disquaires et une dizaine se sont créés en France. Dernièrement, on assiste à une accélération, il y a presque un disquaire qui se crée tous les trois mois à Paris ". Si tout n'est pas rose, les disquaires reviennent de loin.

C'est dans ce contexte qu'est né le DIsquaire day, dont nous célébrons ce samedi la troisième édition hexagonale. Visant à créer du lien entre disquaires, public, artistes et disques, cette journée est née aux Etats-Unis en 2008, et a essaimé depuis dans certains pays européens.

Soutenue par de grands artistes (Jack White, ancien desWhite Stripes  en est l'ambassadeur cette année) et le ministère de la Culture, cette opération met le disque à l'honneur. Qui joue un mini-concert, qui sort un disque collector uniquement disponible dans le réseau indépendant, qui vient redécouvrir les objets vinyl.

Journée portes ouvertes sur l'univers du disque, ce Disquaire day permet aussi de changer le regard des maisons de disques sur les petites enseignes que sont les disquaires indépendants. Depuis que cette journée existe, des gros distributeurs (comme Warner) proposent à nouveau leur catalogue chez des disquaires.

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.