Cet article date de plus de huit ans.

Le nouveau Stromae : toujours sombre, toujours "dance"

L'artiste belge revient avec un second album Racine carrée qui confirme et conforte le style inauguré avec son premier disque. Des textes mélancoliques, voir désespérés, sur des musiques influencées par l'eurodance. Stromae agrémente toutefois ses titres de quelques épices africaines.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
  (Reuters)

Avec ce second album très abouti, Stromae consolide la formule gagnante découverte il y a trois ans avec Cheese . Ce nouvel opus, baptisé Racine carrée,  a été précédé de deux singles très accrocheurs, Formidable  et Papaoutai  que le public a pu écouter tout l'été.

L'album   

Sur la plupart des titres, on retrouve le paradoxe Stromae. Des rythmiques surpuissantes alliées aux synthés clinquants de l'eurodance des années 80. Une musique datée qui parvient à séduire (et faire danser) une fois que les textes sombres et désespérés de Stromae y ont été plaqués. C'est le cas de La fête en ouverture de l'album. On y retrouve la patte Alors on danse .

Des rythmes tribaux aux teintes africaines viennent toutefois agrémenter le morceau. Interrogé par France Info, Stromae reconnaît : "Cette musique (africaine, NDLR) fait partie de moi avant que je commence à m'exprimer de manière électronique ". L'artiste repense aux fêtes africaines où on écoutait "les vieux Papa Wamba ". "Dans toutes les fêtes familiales, les chansons des vieux, on détestait. Et puis quand on commence à grandir, on se dit +ben ouais, finalement en fait, c'était très bien+ ".     

Les instruments africains viennent aussi adoucir "Papaoutai", une chanson à la rythmique puissante dont le texte déplore l'absence des pères dans le monde moderne.

Dans le titre Ave Cesaria , les synthés sont couplés aux instruments traditionnels et à des chœurs qui rendent hommage à la musique cap verdienne et à sa "diva aux pieds nus" Cesaria Evora disparue en 2011.

Dans Humain à l'eau , Stromae explore une musique électronique plus expérimentale. Il délaisse les sons très référencées house et eurodance pour des textures beaucoup plus tordues. Avec Carmen , il tente un clin d'œil au célèbre opéra de Georges Bizet. Sur la chanson Quand c'est , il signe un titre lent sur le cancer qui fait frissonner d'effroi. Un titre dans lequel Stromae se demande qui sera la prochaine victime de la maladie.

Merci est un morceau instrumental au tempo lent et chaloupé qui captive l'auditeur et le plonge dans une électro pop aux teintes 80's.
Avec Avf (Allez vous faire foutre), il signe une collaboration très efficace avec le rappeur normand Orelsan et Maître Gims, ancien leader de Sexion d'Assaut. 

Et puis il y a Formidable

Formidable , le premier single, reste le pilier de l'album avec une rythmique moins écrasante, plus subtile, où le piano fait pleurer et le chant de Stromae prend une fois de plus des accents de Brel.

Formidable  a donné lieu au printemps dernier à une vidéo vue près de 17 millions de fois sur Internet. Un gros  coup médiatique. Le clip filmé en caméra cachée faisait apparaître Stromae visiblement éméché. Des vidéastes amateurs avaient filmé l'artiste qui feignait l'ivresse en plein Bruxelles sans se douter que d'autres caméras (professionnelles) filmaient le chanteur à distance. Les vidéos amateurs postées sur Internet avaient alors accrédité l'idée que Stromae était complètement saoul et désespéré en pleine rue.

Interrogé par Sandrine Etoa-Andegue pour France Info, l'artiste revient sur ce phénomène médiatique. "C'était voulu évidement. L'envie c'était quand même de jouer la comédie, de surprendre, de jouer le personnage et de servir le propos avant de faire de buzz ". "Taper dans l'œil, oui, mais je ne l'aurais pas fait si le propos n'était pas défendu ou justifié. J'ai quand même pas mal hésité ; on était quand même pas loin de la sex tape dans la démarche ", ajoute Stromae.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Musique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.