Le marché de la musique est reparti à la baisse en 2014

Après une légère hausse en 2013, le marché de la musique a repris sa baisse (-5,3%) en 2014, a indiqué mardi le Snep, principal syndicat des producteurs. Seule note positive, le streaming continue lui à progresser fortement (+34%).

(© MaxPPP)

L'embellie aura été de courte durée pour le marché de la musique en France. Après une petite reprise en 2013, il a repris sa baisse en 2014. Elle est même assez forte : -5,3%. En 2014, le chiffre d'affaires global du secteur du disque en France a atteint 570,6 millions d'euros. Le recul provient principaleent d'un efrondrement de 11,5% des ventes physiques (CD, DVD, vinyles). Ces derniers représentent encore environ 70% du marché.

Seule note positive, le streaming continue lui à progresser fortement (+34%), qui dépasse désormais le téléchargement à l'acte. Deux millions de Français (+35% par rapport à 2013) sont désormais abonnés à un service de streaming audio, soit directement via une souscription mensuelle à une plateforme (comme Deezer, Spotify et autres) soit via leur forfait téléphonique, selon le Snep. Globalement, les revenus du numérique ont représenté 29% des revenus globaux en 2014.

La chanson francophone se porte bien

La chute des ventes est une tendance de fond depuis 15 ans. L'année 2013 aura été un phénomène isolé grâce aux succès exceptionnels de Stromae, Maître Gims et Daft Punk.

Dernier fait notable, la chanson francophone se porte bien. En 2014, elle a représenté 74% du marché (hors classique)". "Un niveau jamais atteint", selon le Snep.  Le Top 10 des meilleures ventes d'albums est 100% francophone avec sur le podium, le Belge Stromae (déjà premier des ventes en 2013), Kendji Girac et Indila.