Le rappeur Lacrim condamné à 3 ans de prison pour détention d'arme

Il possédait une kalachnikov utilisée dans un clip au motif que cela faisait "plus vrai".

Le rappeur Lacrim, de son vrai nom Karim Zenoud, à Paris, le 26 août 2014.
Le rappeur Lacrim, de son vrai nom Karim Zenoud, à Paris, le 26 août 2014. (PIERRE ANDRIEU / AFP)

Le rappeur Lacrim a été condamné, jeudi 19 mars, à trois ans de prison pour détention d'armes, et un mandat d'arrêt a été délivré contre lui. Lacrim, 29 ans, de son vrai nom Karim Zenoud, ne s'est pas présenté devant le tribunal correctionnel de Marseille durant les quatre jours de procès. Il a été condamné pour la détention d'une kalachnikov utilisée dans un clip au motif que cela faisait "plus vrai".

Dans cette affaire, qui a éclaté à la suite de la découverte d'un appartement contenant un dépôt d'armes et un laboratoire de cocaïne début 2013, le tribunal correctionnel de Marseille a prononcé des peines allant jusqu'à dix ans de prison contre dix prévenus.

"Plus facile d'en trouver une vraie qu'une fausse"

La kalachnikov utilisée dans le clip de la star du rap avait été fournie par un jeune homme assassiné quelques mois plus tard dans un règlement de comptes. Au juge d'instruction, le rappeur avait déclaré : "Je vais vous dire la vérité, c'était plus facile pour moi de trouver une vraie kalachnikov que d'en trouver une fausse."

Le tribunal correctionnel a suivi les réquisitions du procureur adjoint à l'encontre de cette star de la scène rap, dont le profil génétique avait été trouvé sur une arme issue du dépôt d'armes. Les enquêteurs n'avaient pas établi de liens entre lui et les autres protagonistes.

L'accusation avait mis en avant son "beau petit passé judiciaire" et estimé qu'à sa dernière sortie de prison, il avait, dans ses clips, "repris le même filon de la violence" : l'un de ses albums intitulé Mon Glock te mettra à genoux montrait ainsi des jeunes de la cité marseillaise de La Castellane armés jusqu'aux dents.