La Philharmonie de Paris fête ses cinq ans et bat un nouveau record de fréquentation avec 1,6 millions de visiteurs en 2019

La jeune institution fondée en 2015 semble avoir gagné son pari de s'imposer dans le paysage culturel de l'est parisien, avec plus de sept millions de visiteurs depuis sa création.

La Philharmonie de Paris.
La Philharmonie de Paris. (MANUEL COHEN / MANUEL COHEN)

La Philharmonie de Paris, qui fêtait mardi 14 janvier ses cinq ans d'existence, s'est imposée comme un haut lieu incontournable de la musique classique et a vu bondir le nombre de ses visiteurs annuels de près de 40% depuis 2015. En 2019, la Philharmonie a accueilli 1,6 million de visiteurs (concerts, activités pédagogiques, expositions tout compris), battant son propre record de 2018 (1,3 M), selon un bilan transmis à l'AFP.


Y compris au plus fort de la grève en décembre, tous les concerts étaient à guichets fermés, même si, pour certaines soirées, une partie du public (20 à 25%) n'a finalement pas pu se déplacer. "Par rapport à il y a cinq ans, la marque "Philharmonie de Paris" est plus universellement posée et il y a une adhésion au niveau national", a affirmé à l'AFP son directeur général Laurent Bayle. "Je le sens à l'étranger, c'est aujourd'hui le modèle dont on parle".

"Un cocktail qui marche bien"

Recette du succès ? Une acoustique impeccable, une programmation attirant chefs d'orchestre et chanteurs stars et s'ouvrant aux musiques du monde, à la création contemporaine, au jazz, pop et rock, et aux ciné-concerts. Ce vaisseau musical a également su inciter un public nouveau à venir voir ses expositions (en ce moment une sur Charlie Chaplin) sans compter les multiples activités pédagogiques pour enfants et en famille, qui ont presque doublé en cinq ans.


Les visiteurs hors concerts représentent d'ailleurs plus de la moitié du nombre total de visiteurs de la Philharmonie. "C'est un cocktail qui marche bien", affirme Laurent Bayle. "Les salles de concert du monde entier se posent constamment la question du renouvellement générationnel du public", dit-il. "Or si j'ai un modèle 100% de musique classique, ça tourne en rond". "Même avec quelques concerts participatifs ou en famille, ça ne marche qu'à la marge. Il faut de nouvelles propositions autour de la salle de concert".

Parité

Selon lui, il s'agit de "décomplexer le public qui, en allant à une exposition, puis à un atelier d'initiation, serait peut-être moins intimidé par un concert classique car il serait en contact avec le lieu". Située dans le Parc de la Villette et jouxtant la Cité de la Musique qui fête ses 25 ans, elle fait la part belle aux plus jeunes avec l'inauguration attendue l'année prochaine de "la Philharmonie des enfants" et développe de plus en plus "Demos", programme initié en 2010 pour créer des orchestres avec des enfants de milieux populaires.


La Philharmonie donne aussi de plus en plus priorité à la question de la parité, invitant cinq cheffes d'orchestres pour la saison 2019-2020 et organise en mars le premier concours international de cheffes d'orchestre. L'Orchestre de Paris, désormais rattaché à la Philharmonie, attend le nom de son nouveau directeur pour ce printemps, après le départ l'été dernier du Britannique Daniel Harding. Quant à Laurent Bayle, 68 ans, il termine son mandat en 2021 et la limite d'âge devrait signifier l'arrivée d'un nouveau directeur.