La chanteuse canadienne Grimes est favorable à ce que sa voix serve à des chansons générées par l'intelligence artificielle

Le message de Grimes sur Instagram a été mis en ligne quelques jours après la publication, par un TikTokeur anonyme, d'un vrai faux duo entre les chanteurs canadiens Drake et The Weeknd, généré grâce à l'intelligence artificielle.
Article rédigé par franceinfo Culture avec AFP
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 1 min
La chanteuse canadienne Grimes à l'avant-première de Captain Marvel à Hollywood, le 4 mars 2019. (ROBYN BECK / AFP)

La chanteuse canadienne Grimes s'est dite favorable, lundi 24 avril, à ce que sa voix soit utilisée pour générer des chansons avec l'aide de l'intelligence artificielle, pour peu que les créateurs lui reversent la moitié des droits des nouveaux titres.

La compositrice, productrice et interprète de 35 ans a expliqué que ce partage des droits serait équivalent à celui d'une collaboration "avec n'importe quel artiste", dans un message posté sur Instagram. "Sentez-vous libres d'utiliser ma voix sans restriction", a-t-elle insisté. "Je n'ai pas de label ou d'obligations légales" vis à vis d'un tiers, maison de disque ou distributeur, a-t-elle assuré.

Le message de l'artiste de musique électronique à la voix cristalline a été mis en ligne quelques jours après la publication, par un TikTokeur anonyme, d'un vrai faux duo entre les chanteurs canadiens Drake et The Weeknd, généré grâce à l'intelligence artificielle. Ecouté des millions de fois Heart on my Sleeve a été retiré de TikTok quelques jours après avoir été posté, à la demande d'Universal Music, label des deux chanteurs.

Depuis l'introduction, fin novembre, du robot conversationnel ChatGPT, le débat fait rage autour des données utilisées pour générer des nouveaux contenus et du respect de la propriété intellectuelle. Grimes est l'ancienne compagne d'Elon Musk, avec lequel elle a eu deux enfants, dont un par mère porteuse. L'entrepreneur a une attitude ambivalente par rapport à l'intelligence artificielle, dont il a dit qu'elle pourrait entraîner la "destruction de la civilisation" mais dans laquelle il investit massivement.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.