"L'Hypernuit de Radio France est un bel exemple de résistance, de résilience poétique", explique le chanteur Mathias Malzieu

"Ce sera vraiment une grande, grande fête", se réjouit le leader du groupe Dionysos qui souligne l'"usine à logistique" qu'a représentée l'entreprise de ce concert géant, le plus gros jamais donné à la radio.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Mathias Malzieu, chanteur du groupe Dionysos, le 17 mai 2016. (LOIC VENANCE / AFP)

"L'Hypernuit" s'invite sur les antennes de Radio France. Samedi 23 janvier, de 21 heures à 3 heures du matin, sur France Inter, France Musique, France Bleu, FIP et le Mouv, une centaine d'artistes venus de tous horizons vont donner le plus gros concert jamais donné à la radio et faire revivre en une nuit tous les concerts annulés depuis un an.

Parmi les participants, Mathias Malzieu, chanteur du groupe Dionysos, invité de franceinfo. En cette période difficile, "l'objectif, c'est d'arriver à rester créatif parce que sinon, c'est le virus qui gagne, explique Mathias Malzieu. Donc il faut être astucieux. Évidemment qu'il y a des moments de blues, mais il y a des moments de joie à se faufiler et aussi à trouver des solutions. L'Hypernuit, c'est un bel exemple de résistance, de résilience poétique", détaille-t-il.

"Toutes les idées qui tendent à réactiver la chose culturelle sont bonnes"

Car l'organisation de cette nuit a été un "beau défi : c'est une usine à logistique de faire venir 38 live en pleine nuit, à la Maison de la radio en temps Covid", souligne le chanteur. Sur la centaine d'artistes, "il y en a qui seront en direct sur le plateau. Et puis des gens qui ne sont pas disponibles ou qui sont dans d'autres pays, qui vont participer par téléphone ou en envoyant quelque chose. On est obligé d'être bricoleur."

"Il ne faut pas bouder la joie de ces moments-là parce qu'ils sont un bien pour le mal de cette période."

Mathias Malzieu, chanteur du groupe Dionysos

à franceinfo

"Cela va nous servir à avoir de l'élan pour tenir tant que ce sera compliqué. Cela va aussi booster le public et faire en sorte que quand on va revenir, ce sera vraiment une grande, grande fête", estime Mathias Malzieu.

Mathias Malzieu souligne le manque créé par les concerts face à un public mais approuve les différentes initiatives des artistes : "On fait des livestream. C'est toujours étrange d'avoir des gens qui jouent dans des salles vides, mais au moins, on allume la lumière. Il y a un éclairagiste qui travaille, un sonorisateur qui travaille. Le métier reste en reste en mouvement."

En évoquant les concerts faits à Barcelone avec du public, qui devaient tous montrer un test Covid négatif en arrivant à la salle, le chanteur de Dionysos souligne que "toutes les idées, qu'elles viennent d'Espagne ou de n'importe où et qui tendent à réactiver la chose culturelle, sont bonnes."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.