Cet article date de plus de quatre ans.

La demande de nationalité américaine de Laeticia Hallyday, "une opération de gesticulation" affirme l'avocat de Laura Smet

Ça "ne change rien" à la procédure qui oppose la veuve du chanteur à ses deux enfants, a expliqué Emmanuel Ravanas.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Laeticia Hallyday et Laura Smet à l'enterrement de Johnny Hallyday le 9 décembre 2017. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Laeticia Hallyday, en conflit avec les enfants aînés de Johnny Hallyday au sujet de l'héritage de la star, a déposé une demande de nationalité américaine. "Ça ne change absolument rien puisque ce qui compte en réalité ce sont les éléments (…) au moment du décès de Johnny Hallyday", a affirmé vendredi 31 mai sur franceinfo Emmanuel Ravanas, l'avocat de Laura Smet, la fille aînée du chanteur. "Que son épouse décide un an, poursuit l'avocat, deux ans plus tard de prendre une nationalité américaine, ça ne change rien au débat judiciaire au plan français."

Nous pouvons simplement exprimer une sorte de regret que Laeticia Hallyday décide de s'éloigner de la France, un pays qui lui a tant donné au plan personnel et professionnel.

Emmanuel Ravanas, avocat de Laura Smet

"Vous voyez là encore une opération de communication, une opération de gesticulation, estime Emmanuel Ravanas. Madame Laetitia Hallyday et ses conseils décident de poursuivre dans cette voie absurde et insensée du contentieux." L'avocat de la fille aînée du chanteur se dit ainsi prêt à suivre ses homologues jusqu'en appel, ce qui permettra, pense-t-il, "d'arriver à cette conclusion que Johnny Hallyday est une part de la France, Johnny Hallyday est un destin français."

Dans la bataille judiciaire sur la succession, le tribunal de Nanterre a estimé mardi qu'il était compétent pour trancher cette question. "Madame Hallyday et ses conseils décident d'avancer dans l'épreuve de force dans cette procédure judiciaire qui je le répète ne mène à rien tant au plan français qu'au plan américain", a conclu Emmanuel Ravanas.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.