Le festival Jazz à Juan fêtera ses 60 ans en juillet, avec un an de retard

L'édition 2020 avait dû être annulée en raison de la pandémie. Michel Jonasz sera l'invité d'honneur du plus ancien festival de jazz d'Europe.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Delgres en concert lors du 59e Jazz à Juan, le plus ancien des festivals de Jazz en Europe, a la pinede Gould de Juan-les-Pins, le 15 juillet 2019. (ERIC DERVAUX / HANS LUCAS)

Le festival de jazz de Juan-les-Pins retrouvera la magie de la Pinède Gould cet été, pour une 60e édition anniversaire célébrée avec Michel Jonasz en vedette jazzy, et avec un an de retard, l'édition 2020 ayant dû être annulée, Covid-19 oblige. Du 9 au 20 juillet, l'édition promet une grande soirée d'ouverture avec le retour attendu des artistes américains, et notamment le saxophoniste funky Maceo Parker et le bassiste Marcus Miller.

Jazz_a_Juan

Jauge de 1 566 places par soirée

Le 10 juillet, ce sera la jeune diva américaine Melody Gardot, avant une soirée qui s'annonce culte le 13 juillet avec le clarinettiste français Michel Portal, 85 ans, et le guitariste britannique John McLaughlin, 79 ans. Très demandée, Melody Gardot sera accompagnée par l'orchestre philarmonique de Monte-Carlo. Michel Portal viendra avec MP85, son nouvel opus plein de joie et de bonne humeur, un album écrit pendant la pandémie.

"On fait le 60e anniversaire 61 ans après", a admis le maire LR d'Antibes Jean Leonetti, en assurant que le vrai tour de force résidait dans l'organisation coûte que coûte de la manifestation, avec "forcément moins de spectacteurs" mais "des prix raisonnables" et des marching bands durant sept semaines de l'été dans les rues d'Antibes. Malgré un nombre de spectateurs limité à 1 566 places par soirée, moitié moins que d'habitude, l'organisation du festival veut "maintenir le cap tout en pensant à l'avenir".

En live et en streaming

Le programme promet une variété de générations, de musiciens et d'instruments, avec une ouverture aux musiques du monde (le duo malien Amadou & Mariam), au gospel ainsi qu'à des découvertes jazz (Obradovic-Tixier Duo, Foehn Trio). Mais il y aura aussi les valeurs sûres comme Kenny Garrett, Wynton Marsalis ou Gregory Porter, ainsi qu'une séquence accordéon avec Vincent Peirani & Friends. Le groove du pianiste belge Eric Legnini et son trio, la voix grave de l'énergique américaine Robin McKelle, la voix à tout faire du rappeur français Sly Johnson, la griffe soul de Kimberose, la puissance d'Anne Paceo à la batterie et les notes du trompettiste Ibrahim Maalouf mâtinées de sons latino et cubain feront aussi partie des 18 têtes d'affiche annoncées.

Les contraintes sanitaires font qu'il n'y aura aucune place en "promenoir" mais un placement libre dans chaque catégorie. Pour la première fois le public pourra également suivre les concerts en streaming et en direct sur internet en France, pour 15 euros.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Jazz

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.