Jazz à Vienne chanceux avec Lucky Peterson

Jeff Beck était attendu ce 6 juillet à Vienne pour une soirée "Guitares" avec Joe Satriani. Son concert annulé pour raison de santé, c'est Monsieur Lucky Peterson qui a pris la place et régalé le public avec quelques standards et des titres de son dernier album. Organiste fantastique, c'est avec sa guitare qu'il a plongé parmi les spectateurs signant un des grands moments de cette édition 2014.

Lucky Peterson
Lucky Peterson (Xavier Rauffet)
Au début on le remarque à peine. Lucky Peterson est à son orgue mais c'est son excellent guitariste qui ouvre "les hostilités" avec un boogie d'enfer comme si le maître voulait s'effacer derrière son band. Mais maintenant que l'affaire est lancée, Lucky Peterson va enthousiasmer Vienne.

Lui qui est tombé dans la musique quand il était tout petit au point d'enregistrer son 1er disque à ...5 ans, lui qui a joué avec BB King et Albert Collins, s'est fait un nom depuis longtemps. Et à Vienne il s'est employé à monter qu'il est toujours là. "I'm still here" comme il le proclame dans son dernier album sorti cette année, "The son of a bluesman". Un bluesman qui manie le funk avec jubilation comme en témoigne "Funky brodway" de son dernier opus.
Et puis Lucky Peterson n'est pas seulement un fantastique organiste c'est aussi un excellent guitariste. Et quand il prend sa guitare, il met rapidement le public dans sa poche.
(Jean-Michel Ogier)
Il disparaît soudain de la scène. Sur les côtés on s'agite. Lucky a décidé d'aller faire un tour dans les gradins. Les smartphones s'allument pour capter ce beau moment de communion. Et résonne "Johnny B. Good". 

Images signées Philippe Didier
Ce public que Lucky Peterson regarde avec de grands yeux et un air bonhomme et jovial rayonne malgré la pluie qui commence à faire des siennes. 

Le fils du bluesman lui réserve encore une petite surprise.
Lucky Peterson assis sur scène à Vienne
Lucky Peterson assis sur scène à Vienne
Malgré la pluie, Il vient s'asseoir au bord de la scène pour sa version du "Night and Day" de Ray Charles. On entend sa guitare mais il faut tendre l'oreille pour l'entendre chanter. Il a laissé le micro derrière lui. On a l'impression soudain d'être dans un club de blues comme celui que dirigeait son père.

Lucky Peterson est aussi un showman qui sait embarquer les spectateurs dans son sillage, alors que la nuit est tombée et que Joe Satriani va entrer en scène.