50e Festival interceltique : un anniversaire célébré en format réduit à Lorient en raison du pass sanitaire

La 50e édition du Festival Interceltique de Lorient débute ce vendredi et ce, jusqu’au dimanche 15 août. Malgré une édition restreinte et soumise au pass sanitaire, l'événement compte bien mettre la Bretagne et la culture celte à l'honneur, en "acte de résistance".

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le drapeau breton "Gwenn-ha-du" lors de la traditionnelle parade de rue du 46e Festival interceltique de Lorient en 2016. (JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP)

Affluence divisée par deux, nations celtes peu représentées, jauge et contrôles, le 50e Festival interceltique de Lorient qui débute ce vendredi 6 août s'apprête à vivre une édition en format resserré, les organisateurs préférant y voir un "acte de résistance". Annulé en 2020 en raison de la pandémie de covid-19, "tout le festival a été repensé", ont confié les organisateurs en marge de l'ouverture du festival qui devrait tout de même voir se presser jusqu'au 15 août de nombreux festivaliers pour assister aux concerts, spectacles, conférences et autres parades traditionnelles.

Une affluence "acceptable" pour cette édition 2021

Sur les 30.000 billets mis en vente, 20.000 ont trouvé preneurs et "ça ne fait que commencer", positive Lisardo Lombardia, directeur du festival. En 2019 toutefois, 70.000 tickets avaient été proposés à la vente et l'édition du festival avait battu tous les records d'affluence en accueillant 800.000 festivaliers sur les dix jours de festivités. Loin de ces standards, les organisateurs tablent plutôt sur 250.000 à 300.000 visiteurs cette année. Un "prévisionnel acceptable" vu la conjecture, juge le directeur du festival. Il reconnaît qu'il aurait préféré une édition "plus sereine" alors qu'il passera la main à une nouvelle équipe à l'issue de l'édition, après 14 ans passés à sa tête.

Quatre-vingts spectacles seront présentés lors de l'événement, contre 200 en 2019, avec 700 bénévoles au lieu des 1.700 habituellement mobilisés pour l'occasion. "Nous avions assumé depuis le début que le festival serait déficitaire", a rappelé Lisardo Lombardia, insistant sur l'importance que l'événement se tienne, "un acte de résistance et de confiance en l'avenir", a-t-il ajouté.

Mettre la culture celtique à l'honneur

Le Festival interceltique de Lorient, qui célèbre la culture et les identités celtes depuis 1971, accueille traditionnellement plusieurs nations celtiques dont l'Acadie, les Asturies, la Cornouailles ou encore la Galice. Mais toutes les délégations ne seront pas présentes au complet cette année. L'Acadie, l'Australie, l'île de Man, la Cornouailles et le Pays de Galles ont décliné en raison de la situation sanitaire, mais Lisardo Lombardia assure que toutes seront représentées de façon "symbolique et artistique" avec "un groupe par pays représenté".

La programmation fait la part belle aux représentants de la scène régionale comme le rappeur Krismenn au flow moderne mêlant sonorités hip-hop et paroles en langue bretonne (samedi, 20H00), ou à des artistes iconiques de la scène bretonne comme Denez Prigent (dimanche, 21H00).

Un festival dans le respect des consignes sanitaires 

Les différents espaces du festival, y compris le marché interceltique, seront soumis au contrôle du pass sanitaire et au respect de jauges d'accueil comprises entre 5.000 et 9.000 personnes au maximum dans le stade du Moustoir. C'est là-bas que se déroulera dimanche la "Grande parade Bretagne" qui verra défiler une soixantaine de cercles celtiques et bagadoù ainsi que les représentations des délégations celtes.

Un centre de vaccination éphémère est mis en place ce week-end sur la place de l'Hôtel de ville de Lorient avec "quatre lignes de vaccination" qui pourront vacciner "640 personnes" sans rendez-vous, ont annoncé la préfecture du Morbihan, l'ARS Bretagne et la ville de Lorient.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Festival Interceltique de Lorient

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.