Cet article date de plus de six ans.

Fadoul, ou la fabuleuse histoire d'un maître de l'arabic funk

C'est l'histoire d'un chanteur marocain complètement oublié, décédé depuis longtemps, aujourd'hui considéré comme le James Brown de l'Atlas. Les disques poussiéreux de Fadoul, puisque c'est de lui qu'il s'agit, ont été retrouvés à Casablanca par un passionné qui a décidé de les faire connaître, en éditant un album qui sort ce vendredi. Un vrai choc.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Fadoul et les Privilèges, son groupe dans le Maroc des années 1970 ©)

Qu'importe la langue, pourvu qu'il y ait le funk... Ainsi est résumé le crédo de Fadoul, artiste incroyable actif dans le Maroc des années 1970, qu'il reprenne James Brown et Papa's Got A Brand New Bag (Sid Redad en version originale) ou d'autres standards d'une époque libérée (par exemple All Night Long qui devient Al Zman Saib ).

{% embed soundcloud %}

Et dire que ces chansons auraient pu ne jamais parvenir jusqu'à nous... Cette résurrection, on la doit à un passionné allemand, Jannis Stuerz, fondateur du label Habibi Funk Records. Lors d'une virée dans la médina de Casablanca il y a quelques années, il tombe sur des vinyles au fond d'un magasin, et remonte la piste de ce fameux Fadoul. Dans les années 1970, il a porté la scène funk et garage dans un Maroc peu habitué à ce son.

Al Zman Saib , Fadoul (Jakarta Records/Habibi Funk Records). Disponible notamment en vinyle le 18 décembre.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Musique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.