L'Ukraine part favorite de l'Eurovision 2022, alors que la Russie est privée de micro

L'édition 2022, dont la finale aura lieu le 14 mai à Turin, exclut la Russie et l'Ukraine part favorite avec le tube "Stefania" du groupe Kalush Orchestra

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 4 min.
Le groupe ukrainien Kalush Orchestra part favori de l'Eurovision 2022 avec son tube "Stefania". (PAUL BERGEN / ANP MAG)

Aussi kitsch et populaire qu'à ses débuts, l'Eurovision s'est souvent aventurée sur la ligne de front des tensions géopolitiques agitant le Vieux continent. L'édition 2022 en est un tragique cas d'école, avec l'exclusion de la Russie et le statut d'ultra favori de l'Ukraine.

La géopolitique de l'Eurovision

Le tube Stefania du Kalush Orchestra, une berceuse mêlant rap et musique traditionnelle, défendra les couleurs de l'Ukraine au concours européen Eurovision de la chanson, dont la finale aura lieu le 14 mai à Turin en Italie. "Je retrouverai toujours mon chemin vers la maison, même si toutes les routes sont détruites", dit le titre. A deux semaines du grand soir, l'Ukraine a 42% de chances de gagner, loin devant le duo italien Mahmood et Blanco (14%) et la Suédoise Cornelia Jakobs (10%), selon le site eurovisionworld.com, qui agrège les principaux sites de pari en ligne. Royaume-Uni, Espagne, Pologne, Grèce, Norvège, Pays-Bas et Australie complètent le top 10. La France, représentée par le groupe breton Alvan et Ahez, est donnée en 13e position.

La guerre en Ukraine planera lourdement sur l'événement mais "ce n'est pas inédit", rappelle à l'AFP l'historien Dean Vuletic, chercheur à l'université de Vienne et auteur d'ouvrages sur la géopolitique de l'Eurovision. En 1975, la Grèce boycotte le concours pour protester contre l'invasion de Chypre par la Turquie, puis en 1992, les guerres consécutives à la dislocation de la Yougoslavie s'invitent sur scène. En 2004, l'Ukraine remporte le concours et l'année suivante, après la "Révolution orange", elle se présente avec une chanson très politique mais qui est finalement acceptée.

Enfin l'an dernier, l'Union européenne de Radio-Télévision (UER) exclut le Bélarus au motif que les paroles de sa chanson attaquent de front l'opposition démocratique au président pro-Russe Alexandre Loukachenko. C'est le groupe de rock italien Måneskin qui avait remporté le titre.

L'Ukraine toujours très regardée

Si l'Ukraine devrait recevoir un grand nombre de votes de sympathie, sa victoire n'est pas assurée. "Sur le plan musical, la contribution ukrainienne est solide mais il y en a d'autres. Le public montrera sûrement un fort soutien à l'Ukraine, cela ne signifie pas pour autant qu'elle gagnera. En 1993, la Bosnie et la Croatie n'avaient pas terminé très haut" alors que ces pays étaient sous le feu des troupes serbes, remarque Dean Vuletic.

Slobodan Todorovic, rédacteur en chef du site de fans de l'Eurovision Evrovizija.rs en Serbie, estime que l'Eurovision ne doit pas se résumer à une arène politique: "Une victoire de l'Ukraine [pour des raisons politiques] jetterait une ombre sur l'Eurovision et les valeurs qu'elle défend, la neutralité, l'indépendance de la politique, le respect et la promotion de la diversité".

Le capital sympathie des Ukrainiens en Europe est énorme, reconnaît Benoît Blaszczyk, secrétaire de France-Eurofans, la branche française de l'Organisation générale des amateurs de l'Eurovision (OGAE). "Mais quoi qu'il arrive ils ont une bonne chanson, et chaque année l'Ukraine, avant-gardiste, est très regardée", tempère-t-il.

Le vote des "blocs"

Faut-il se fier au vote passé pour savoir quel pays vote pour quels autres ? Certes il existe des "blocs" dans le vote des téléspectateurs : dans l'enfance de l'Eurovision, les pays francophones (France, Belgique, Suisse, Luxembourg) votaient ensemble et raflaient tout ou presque. Le bloc nordique, votant comme un seul homme, a émergé par la suite, puis des "sous-blocs" sont apparus en Europe centrale et de l'est. "Mais ces blocs n'ont jamais été décisifs dans le choix du vainqueur", relève Dean Vuletic.

Et en effet le palmarès des vingt dernières années montre que les jeux ne sont jamais faits: Turquie (2003), Ukraine (2004), Russie (2008), Azerbaïdjan (2011) ou Israël (2018) sont venus damer le pion aux nations reines (Irlande, Suède, Pays-Bas, Royaume-Uni). Pas moins de 4.400 fans de l'Eurovision affiliés à l'OGAE ont voté pour établir leur classement avant l'événement de Turin : l'Ukraine ne termine qu'au 11e rang. La Suède est donnée (encore) victorieuse, devant l'Italie et l'Espagne.

Les fans ukrainiens de l'OGAE, eux, ont placé en tête la Pologne (premier pays d'accueil des réfugiés ukrainiens), puis l'Espagne, la France, la Norvège et la Suède. Les fans russes, de leur côté, ont donné la note maximale (les fameux 12 points) à la très russophile Serbie, puis viennent la Lituanie (où vit une importante communauté russophone), l'Espagne et la Lettonie (également ex-république soviétique).

Et de toute façon l'Ukraine n'a pas besoin de remporter le concours pour gagner. "Le simple fait d'être représentés sur scène, d'avoir pu quitter leur pays, de recevoir autant de soutien, avec en plus l'exclusion de la Russie, c'est déjà une victoire pour les Ukrainiens", note Dean Vuletic.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eurovision 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.