Cet article date de plus de quatre ans.

Élu meilleur chanteur du métro, Hugo Barriol signe son premier contrat chez Naïve

Hugo Barriol vient de signer son premier contrat dans une maison de disque Naïve, après deux ans à chanter dans le métro parisien. Elu en 2016 "meilleur chanteur du métro", il dit non à "The Voice" et entre ce mois-ci dans la cour des grands.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Hugo Barriol vient de signer son premier contrat dans une maison de disque "Naïve", qui vient d'être rachetée par "Believe". (MAXPPP)

Sa musique résonne dans le métro parisien depuis deux ans et bientôt, peut-être l'entendrez peut-être à la radio : Hugo Barriol vient de signer son premier contrat dans une maison de disque Naïve, qui vient d'être rachetée par Believe. Celui qui a été élu l’an dernier "meilleur chanteur du métro" et qui a dit non à The Voice pour garder son indépendance entre enfin dans la cour des grands.

De Bonne Nouvelle à République

Une barbe fournie, de longs cils, un style faussement négligé, Hugo Barriol commence à chanter dans le métro en Australie, il y a trois ans, lors d'un voyage. Né à Saint-Etienne, batteur de formation, fils de guitariste, le chanteur a été bercé par la musique anglaise.

Il y a deux ans, le jeune homme décide de prendre ses quartiers dans la capitale, station Bonne Nouvelle, Pigalle et maintenant République. "Cela fait maintenant deux ans que je suis dans le métro, quatre heures par jour du lundi au vendredi. C'est arrivé que quelqu'un me pique les sous que j'avais dans mon chapeau mais il y a eu aussi d'autres supers histoires, raconte Hugo Barriol. Par exemple, une fois, à Pigalle, le chanteur Benjamin Clementine est passé, il a un peu écouté et m'a filé trente euros !"

Courtisé par la télévision, il refuse

Hugo chante en anglais, il est influencé par Ben Howard, Patrick Watson ou encore Oasis. Dans ses textes, il parle amour, déceptions, voyages, et l'an dernier a été élu meilleur chanteur du métro. La télé l'a beaucoup courtisé : "Il y a des émissions comme The Voice, La Nouvelle star ou Un incroyable talent qui m'ont proposé d'y participer. Mais j'ai dit non. Parce que ça ne me ressemble pas et que j'avais envie d'y arriver en faisant mes chansons dans le métro."

La patience et l'éthique ont fini par payer. Dans le métro, il rencontre le producteur de son premier EP mais aussi Marie Audigier la directrice générale de la maison de disque Naïve et tout s'accélère : il vient de signer son premier contrat chez Believe, ex-Naïve.

Avant lui, Piaf, Ben Harper, Keziah Jones

"C'est le début de quelque chose, s'enthousiasme l'artiste. Cela représente ces deux années passées dans le métro à faire des rencontres et enfin signer un contrat." L'histoire d'Hugo Barriol rappelle celles d'Edith Piaf, Zaz, Ben Harper et Keziah Jones qui ont aussi démarré dans les couloirs de la RATP. A suivre, la sortie d'un disque, un clip et peut-être même une tournée dans les métros du monde entier.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Musique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.