Cet article date de plus de sept ans.

St Germain retrouve son public sur la scène de Solidays avec "Real Blues"

Ludovic Navarre, alias St Germain, est toujours aussi discret et pourtant le compositeur de musique électronique signe son grand retour sur la scène de Solidays ce dimanche. Une belle occasion pour le symbole de la French touch de faire découvrir à son public parisien son nouveau projet aux influences africaines.
Article rédigé par Anne Elizabeth Philibert
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le retour de Saint Germain pour Solidays avec une nouvelle bande de musiciens 
 (France3/culturebox)

Après une pause de plusieurs années, Ludovic Navarre, plus connu sous le nom de St Germain par les amateurs de musique électronique, signe son grand retour. Plus de quinze ans après les succès de "Boulevard" et "Tourist" (vendu à plus de 3 millions d'exemplaires dans le monde), le très discret musicien français signait cet automne un troisième album aux influences africaines. Un nouveau mariage pour cet éternel insatisfait qui excelle dans le mélange des genres. Et c'est en compagnie de sa bande de musiciens traditionnels africains, rencontrés pour la plupart à Paris, qu'il a exploré cette nouvelle source d'inspiration.

Reportage : Jean-Laurent Serra - Gilles Bezou - Mohamed Chekkoumy - Laurence Comiot 


Avec le groovy "Real Blues", mélange de rythmes africains, de sonorités blues, mélées à la voix du bluesman texan Lightnin'Hopkins, St Germain impose un nouveau style. De retour d'une grande tournée en Europe en 2015 avec son dernier opus, le voilà dimanche sur la scène de Solidays, à la conquête de son public parisien.  
 


L'événement a inspiré l'artiste urbain Grégos, connu pour ses plâtres aux moues espiègles, impassibles ou sereines collés sur les murs de Paris. Les passants les découvrent avec surprise au détour d'une rue. Le graffeur a réalisé cette création pour St Germain pour son passage à Solidays. 
 

Un moulage de Gregos 
 (France3/culturebox)

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.