Charlotte Le Bon signe un clip de Mottron, figure montante de l'electro-pop

L'ex-miss météo déjantée de Canal+, devenue une talentueuse actrice, et désormais réalisatrice, crée la surprise avec un clip dark, onirique, et teinté de fantastique. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
L'actrice et réalisatrice québécoise Charlotte Le Bon à Cannes en 2020. (VALERY HACHE / AFP)

Une louche de fantastique, une pincée baroque : Charlotte Le Bon, actrice devenue réalisatrice, signe le clip de Walk away, morceau du premier album de Mottron, tête chercheuse et prometteuse de l'électro-pop française.

"Des images que j'avais en tête"

Cette vidéo publiée le 2 novembre renvoie à des ambiances à la Nosferatu ou Alice au pays des merveilles. Le bestiaire exploité - créature maléfique, jumelles inquiétantes, onirisme - étonnera ceux qui associent toujours la Québécoise à sa période miss météo déjantée sur Canal+, ou à ses rôles sur grand écran dans Astérix et Obélix, au service de sa Majesté, Yves Saint Laurent (version Jalil Lespert), et autres.

Mais c'est oublier qu'elle est déjà passée derrière la caméra avec un court métrage, Judith Hotel, cocktail de 17 minutes d'étrangeté, humour noir et hémoglobine. Ce petit film tourné en 2018 marque d'ailleurs sa première collaboration avec Mottron, qui en signait la musique originale.

"On s'est rencontrés grâce à une connaissance commune et je suis tombée raide dingue de son univers, de son travail, explique à l'AFP Charlotte Le Bon. C'est devenu un ami maintenant et, après mon court métrage, on voulait se retrouver sur un autre projet. Walk away faisait écho avec des images que j'avais en tête".

"Ce clip, c'est sa vision, volontairement dégagée des paroles de la chanson", se réjouit le musicien, dirigé dans un double-rôle pour la vidéo. Mottron a sorti la semaine dernière Giants (chez Le Label/Pias), album fureteur qui confirme le potentiel d'un artiste remarqué en janvier en concert dans une église à Eurosonic, festival défricheur à Groningue aux Pays-Bas.

La pochette de l'album "Giants" de Mottron. (Copyright Le Label/Pias)

Un premier long métrage

"Charlotte avait dessiné tout le storyboard à la main - c'était particulièrement mignon (rires) - et j'ai été impressionné par sa capacité à gérer une équipe", raconte-t-il. Malgré un budget et un planning serrés, Charlotte Le Bon a opté pour une pellicule en 35 mm, ce qui ne laissait pas beaucoup de marge d'erreur. "On avait deux jours, il faut savoir exactement ce qu'on veut faire, notamment pour la partie en extérieur, ça a été une course contre le soleil, pour avoir la meilleure lumière", décrypte la jeune femme touche-à-tout (sculpture, photographie, elle possède aussi sa maison de production).

La prochaine étape ? Elle veut tourner l'été prochain au Québec son premier long métrage, Falcon Lake, une histoire inspirée de la BD de Bastien Vivès "Une soeur", dans laquelle elle entend injecter "un peu de (sa) mystique (rires)".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.