Demos, programme d'éducation des jeunes à la musique, obtient le "Nobel des arts"

Dirigé par la Philharmonie de Paris, ce programme éducatif musical en direction des jeunes défavorisés, a été distingué par le prix japonais Praemium Imperiale, considéré comme le "Nobel des arts"

Des élèves de Decines, Givors, Bron, Lyon et Vaulx-en-Velin engagés dans le projet d\'apprentissage \"Demos\"
Des élèves de Decines, Givors, Bron, Lyon et Vaulx-en-Velin engagés dans le projet d'apprentissage "Demos" (JEFF PACHOUD / AFP)

Demos, programme d'éducation français des jeunes de milieux défavorisés à la musique, a été récompensé mercredi par la 31e édition du Praemium Imperiale, prix japonais considéré comme le "Nobel des arts". 

Qu'est ce que le programme Demos ?

Avec Demos, ce prix récompense un programme éducatif original dirigé par la Philharmonie de Paris. Depuis sa création, en 2010, il oeuvre à transmettre un enseignement musical à des enfants de 7 à 12 ans, issus de quartiers défavorisés ou de zones rurales. Quatre heures de leçons d'un instrument par semaine, pendant trois années, sont dispensées gratuitement. Au terme de trois ans, les instruments sont offerts aux enfants qui souhaitent poursuivre l'apprentissage de la musique classique.

Demos est parrainé par Lilian Thuram et a inspiré le film réalisé par Rachid Hami, La Mélodie, en 2017. Son coût de fonctionnement annuel est d'environ 8 millions d'euros. Un tiers est fourni par le gouvernement, un tiers provient du secteur privé, et le reste des collectivités locales.

Des élèves de Decines, Givors, Bron, Lyon et Vaulx-en-Velin engagés dans le projet \"Demos\" en juin 2018 à l\'Auditorium de Lyon. 
Des élèves de Decines, Givors, Bron, Lyon et Vaulx-en-Velin engagés dans le projet "Demos" en juin 2018 à l'Auditorium de Lyon.  (JEFF PACHOUD / AFP)

Les autres lauréats du Nobel des Arts

La 31e Praemium Imperiale, prix prestigieux doté de 43.000 euros, dont le palmarès a été annoncé mercredi à Paris, a également récompensé la plasticienne anglo-palestinienne Mona Hatoum pour la sculpture, la violoniste Anne-Sophie Mutter pour la musique, le peintre sud-africain William Kentridge, le couple d'architectes new-yorkais Tod Williams et Billie Tsien, et l'acteur du théâtre kabuki Bando Tamasaburo. 

Ce "Nobel des arts" a été créé en 1988 par la Japan Art Association. L'an dernier, la France avait été particulièrement à l'honneur: l'actrice Catherine Deneuve, le peintre franco-belge Pierre Alechinsky, l'architecte Christian de Portzamparc avaient été distingués, avec la sculptrice Fujiko Nakaya et le chef d'orchestre Ricardo Muti.