Comment le geste du rappeur Jul est devenu le signe d'aujourd'hui et de deux mains

Le prolifique rappeur marseillais sort, vendredi, son quatrième album de l'année, "Ovni".

Le rappeur Jul, qui sort un nouvel album vendredi 2 décembre 2016, exécute son signe icônique dans le clip de \"Comme d\'hab\".
Le rappeur Jul, qui sort un nouvel album vendredi 2 décembre 2016, exécute son signe icônique dans le clip de "Comme d'hab". (DORETDEPLATINE / YOUTUBE)

Commençons cet article par un petit exercice : formez deux pistolets avec vos mains, puis pointez-les vers le ciel, paumes vers vous, et joignez-les. Bravo : vous savez faire le signe de doigts du rappeur marseillais Jul, qui sort, vendredi 2 décembre, son quatrième album inédit de l'année, Ovni. Ce symbole, qui forme aussi les lettres J, U et L (si, si, regardez bien) est devenu aussi célèbre chez les jeunes que son auteur, dont la chaîne YouTube comptabilise 684 millions de vues.

Le geste est partout. Une manifestation contre la loi Travail ? Signe Jul. Un passage devant une caméra de chaîne d'information en continu ? Signe Jul. Une photo de classe ? Signe Jul. Même Alain Juppé, en pleine campagne pour la primaire de la droite, s'est senti obligé de l'essayer devant des adolescents qui l'exécutaient devant lui.

"A la base, il s'agit surtout d'affirmer son identité"

Voir un rappeur créer un geste reconnaissable n'est pourtant pas révolutionnaire. "Cela a toujours été très présent dans le rap, en commençant par les Etats-Unis où les rappeurs se sont inspirés des signes de reconnaissance des gangs, explique à franceinfo Mehdi Maizi, auteur de Rap français, une exploration en 100 albums (Le Mot et le Reste, 2015). A la base, il ne s'agit pas d'avoir l'air particulièrement cool, mais d'affirmer son identité : le signe de mains renvoie à un quartier ou à une zone bien délimitée."

Sur la pochette de l'album All Eyez on Me, sorti il y a vingt ans, l'Américain Tupac Shakur pose ainsi en effectuant un W avec la main droite. Une manière de se revendiquer de l'école "West Coast" (côte Ouest) du hip-hop.

"Ces signes d'appartenance ont été logiquement repris en France, où les rappeurs ont aussi cette culture de rue", poursuit Mehdi Maizi. Certains rappeurs marseillais ont ainsi inversé le W de leurs grands frères américains pour le transformer en M de Marseille.

"De manière plus pratique, cela permet aussi de marquer son appartenance à sa bande ou son label, même lorsqu'on n'a pas le micro en main", ajoute Yérim Sar, journaliste pour le site Noisey et la radio Mouv. En France, les membres du groupe S-Crew forment ainsi un S avec leurs deux mains, tandis que Booba joint son pouce à son annulaire pour symboliser le 2 et le I de son collectif 92i. 

Une photo publiée par KOPP92i In üs we trust (@boobaofficial) le

"Une sorte de quenelle, mais sympa"

Dès lors, reproduire le geste fétiche de son rappeur favori peut s'interpréter comme un signe de ralliement. Mais dans le cas de Jul, cela va plus loin. 

Certains le font parce qu'ils sont sincèrement fans de lui, mais le signe Jul est surtout devenu populaire en tant que signe de déconne : on le fait dans une situation où la référence à Jul n'est pas attendue, un peu comme on s'incrusterait sur une photo pour faire une grimace.Yérim Sarà franceinfo

Se prêter à cette facétie se fait d'autant plus facilement que le geste ne comporte aucune référence ou message sulfureux. "Le signe Jul, c'est la quenelle de Dieudonné, mais en version sympa, juge Mehdi Maizi. On retrouve le décalage visuel, mais pas le côté subversif ou anti-système." "C'est aussi neutre que de faire un dab sur le plateau de 'Des paroles et des actes'", abonde Yérim Sar. 

Mieux : l'effectuer ne risque pas de vous exposer à la colère de fans d'autres rappeurs. A la différence de Booba ou de Rohff, le personnage de Jul n'est, en effet, pas clivant dans le milieu. "Au début, certains le détestaient ou se moquaient de sa musique, mais il s'est attiré une vraie tendresse du public, notamment grâce à sa manière très simple et directe de communiquer avec ses fans sur les réseaux sociaux", poursuit Yérim Sar, qui relève que le Marseillais n'hésite pas à afficher son respect voire son admiration pour les autres rappeurs. Un comportement surprenant dans un monde habitué aux clashs. Du coup, vous savez désormais ce qu'il vous reste à faire autour de la bûche de Noël, sur la traditionnelle photo de famille.