Plongée musicale au cœur de l’intime avec le trompettiste Ibrahim Maalouf

Le trompettiste franco-libanais Ibrahim Maalouf sort un nouvel album pour ses 40 ans. Dévoilé le 6 novembre, il a été enregistré sans public, dans les arènes de Nîmes (Gard). France 3 est parti à la rencontre de l'artiste. 

France 3

Le nouvel album d’Ibrahim Maalouf conjugue le phrasé de la trompette au rythme de la guitare. L’artiste a choisi de revisiter ses mélodies en duo, afin d’inscrire ses compositions dans un registre plus intimiste, loin des grandes orchestrations dont il a l'habitude. "J’ai toujours pensé que, dans mes albums, il fallait qu’il y ait tout le temps plein de choses dans tous les sens […]. Revenir à des choses plus simples, peut-être que ce n’est pas tout à fait étranger au contexte dans lequel on est", confie le musicien franco-libanais à France 3.

Au cœur de l’artiste

Le trompettiste virtuose a conquis un large public grâce à ses nombreuses collaborations avec Sting, Wynton Marsalis, ou encore le rappeur Oxmo Puccino. Dès le conservatoire, il s’est créé un monde bien à lui. "Il a voulu commencer à affirmer sa personnalité musicale, qui était sous-jacente, je pense, déjà à cette époque-là", raconte Antoine Curé, son professeur.

Chez les Maalouf, la trompette est une affaire de famille. Son père, qui était sacristain, a été son premier professeur. "C’était important pour lui de m’apprendre à jouer de la musique classique occidentale, de m’apprendre a jouer de la musique classique arabe à la trompette", raconte Ibrahim Maalouf. Son père a d’ailleurs inventé un instrument particulier, qui comporte quatre pistons au lieu de trois et que le trompettiste utilise toujours aujourd’hui. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Pour Ibrahim Maalouf \"la couverture médiatique de cette décision de justice a été microscopique\"
Pour Ibrahim Maalouf "la couverture médiatique de cette décision de justice a été microscopique" (VALERY HACHE / AFP)