Au célèbre Festival Berlioz en Isère, de grands concerts classiques accessibles à tous

Au bord du lac Roybon, le Festival Berlioz s'est ouvert le 17 août. Au programme : des œuvres connues et moins connues du compositeur romantique français, jouées par des musiciens de renom ou en herbe, pour rendre la musique classique accessible à tous.

Article rédigé par
Faustine Mazereeuw - franceinfo Culture
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min.
L'Orchestre symphonique universitaire de Grenoble a ouvert les festivités avec une œuvre qui fait écho au lieu choisi pour le concert : Watermusic, de Händle. (France 3 Alpes)

Après une année blanche due à l'épidémie de Covid, le Festival Berlioz, grand événement de la musique classique en Isère, a fêté son retour à la vie en grande pompe le 17 août. Sur les bords du lac de Roybon, des jeux de lumière, des jets d'eau et même des feux d'artifice ont accompagné le concert d'ouverture joué par les soixante-quinze musiciens de l'Orchestre symphonique universitaire de Grenoble.

Au Festival Berlioz en Isère, des concerts époustouflants et de la musique classique pour tous

L'eau comme fil conducteur

Une programmation qui gravite autour d'une inspiration commune : le compositeur, chef d'orchestre et critique musical originaire de La Côte-Saint-André Hector Berlioz. Avec un thème récurrent : celui de l'eau. C'est d'ailleurs l'œuvre Water Music de Händel qui a été retenue pour ouvrir le festival. “Après une année sans concerts, c’est un lieu extraordinaire. On est sur l’eau, c’est une grande fête de l’eau, il y a un public énorme qui est venu ce soir, il y a la jeunesse avec cet Orchestre universitaire de Grenoble ou encore Patrick Souillot, ce chef formidable...", se réjouit le directeur de l'événement Bruno Messina. En tout, pas moins de 2300 personnes étaient présentes pour le premier soir du festival.

Une programmation pléthorique

Jusqu'au 30 août, c'est une programmation foisonnante qui s'offre au public avec des grands classiques comme le Lac des cygnes de Tchaïkovski ou des œuvres de Beethoven, et des morceaux moins connus de compositeurs influencés par Berlioz. Des orchestres de renom feront le déplacement, comme l'Orchestre national des Pays de la Loire ou l'Orchestre national de Metz. De délicieux moments de musique en perspective, mais pas uniquement : le festival organise aussi diverses activités comme la dégustation de produits du terroir ou des ciné-concerts...

Rendre la musique accessible à tous

L'esprit du festival, c'est aussi de rendre la musique classique accessible aux novices et de donner leur chance à de jeunes musiciens. Une chance pour Laureline Prouvost, flûtiste amateure et étudiante à l’Ecole polytechnique de Grenoble qui a joué pendant le concert d'ouverture. “Généralement ce genre d’événements, c’est réservé aux pros, et quand on est juste amateurs, qu’on n’a pas de diplôme professionnalisant, c’est vraiment sympa de pouvoir faire ce genre d’expérience parce que ça ne nous arrive pas tous les jours !”, s'enthousiasme-t-elle.

Quant au public, il n'était pas uniquement composé de fins connaisseurs de musique classique... “Le concert était très bien, on ne connaît pas trop la musique classique mais c’était magnifique quand même”, lance une festivalière, sourire aux lèvres. Les enfants aussi ont apprécié le spectacle. “C’était top ! Tous les instruments ensemble, c’est magique”, déclare une petite fille. “La musique c’est populaire, il faut sortir la musique des salles de concert ! Ça ne veut pas dire qu’il ne faut pas qu’elle ait lieu dans les salles de concert, mais il faut qu’elle aille à la rencontre du public. Si nous, on ne fait pas ce travail-là, personne ne le fera à notre place”, résume le chef d'orchestre Patrick Souillot.

Festival Berlioz, jusqu'au 30 août à La Côte-Saint-André - Prix : de 5 à 75 euros selon les concerts - plus d'informations sur la programmation et la réservation sur le site web de l'événement.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Classique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.