Sylvie Vartan publie un CD spécial de cinq titres en soutien à l'Ukraine

La chanteuse, dont la famille avait fui la Bulgarie communiste, a réuni cinq de ses chansons dans un CD de soutien au peuple ukrainien, dont elle dit "comprendre le ressenti".

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La chanteuse Sylvie Vartan arrive au défilé Celine, à la Paris Fashion Week, le 27 septembre 2019. (J.M. HAEDRICH / SIPA)

Choquée par les images de l'Ukraine sous les bombes, Sylvie Vartan a décidé de réunir cinq de ses chansons, dont une reprise de Imagine de John Lennon, dans un CD spécial en soutien à l'Ukraine qui sortira le 27 mai en physique et sera disponible en téléchargement sur les plateformes dès le 13 mai. L'intégralité des bénéfices de ce disque sera reversée à l'Unicef au profit de l'Ukraine.

"Quand j'ai vu les images de ce peuple ukrainien sous les bombes, en train de fuir, ce fut un choc. Inévitablement, cela a ranimé en moi beaucoup d'images et de sentiments intenses de mon enfance", confie Sylvie Vartan, 77 ans, dans un communiqué. Avec ses parents et son frère Eddie, Sylvie Vartan, alors âgée de 8 ans, a fui en 1952 la Bulgarie, alors dirigée de manière totalitaire.

"Je comprends le ressenti du peuple ukrainien"

Ce CD dont les chansons évoquent l'exil, la résilience et la liberté, contient La Maritza, Nicolas, Le Bleu de la mer Noire ainsi que Odessa, une chanson de 1998 réenregistrée spécialement le 12 avril à Paris. 

"Ce peuple slave et voisin de la Bulgarie me parle. Nous avons le même ADN. Même si la situation était très différente car, nous, nous ne fuyions pas une guerre mais une dictature brutale, je comprends le ressenti du peuple ukrainien, ajoute la chanteuse. C'est un étrange mélange de soulagement de fuir l'horreur, de peur de l'inconnu et de tristesse de laisser derrière soi son pays, sa famille, ses amis, sa maison sans certitude de retour."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Chanson française

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.