Serge Gainsbourg et sa Marseillaise reggae : souvenirs du concert annulé en 1980 à Strasbourg

Le 2 mars 1991, Serge Gainsbourg disparaissait laissant derrière lui un répertoire immense et une carrière jalonnée de nombreux scandales. Parmi ses plus belles provocations, son concert sur la scène Hall Rhénus en janvier 1980. L'artiste entonnait une Marseillaise mémorable devant un parterre de militaires en colère.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Serge Gainsbourg chante la Marseillaise a cappella en brandissant le poing levé à Strasbourg le 4 janvier 1980 (THIERRY GACHON / MAXPPP)

Il était provocateur mais timide, poète mais parfois grossier, trente ans après sa mort, Serge Gainsbourg laisse derrière lui une multitude de chansons magnifiques et des prises de positions parfois très engagées. Comme cette fameuse version reggae de La Marseillaise écrite en 1979 et publiée sur l'album Aux armes et cætera. Suit une tournée dans toute la France, mais à Strasbourg, le concert prévu le 4 janvier 1980 n'aura pas lieu dans sa forme initiale. Harry Lapp, organisateur du concert et Christian Lutz-Sorg, à l'époque photographe aux Dernières Nouvelles d'Alsace (DNA), se souviennent de ce scandale mémorable. 

Quanbd Gainsbourg faisait scandale avec sa Marseillaise

Alerte à la bombe, débarquement de paras au concert

Ce 4 janvier 1980, Serge Gainsbourg doit se produire dans la capitale alsacienne avec ses choristes jamaïcains. Mais une fois sur place, le climat devient hostile. "Le jour du concert, il y a eu une alerte à la bombe à l’hôtel Holiday Inn vers 14 ou 15 heures. Evidemment, c’était bidon. Tout le monde le savait mais la police, par principe de sécurité, a fait évacuer tout l’hôtel. Alors là, les musiciens jamaïcains ont commencé à croire que c’était contre eux, et ils ont vraiment 'flippé fort'", se souvient Harry Lapp, organisateur du concert.

Au cours de la journée, l'ambiance ne se calme guère, les militaires parachutistes envahissent la Hall Rhénus, où le concert doit se dérouler. "On voit débarquer environ 200 paras avec les bérets. Ils ont commencé à chahuter. On était dans les coulisses avec Gainsbourg. Il m’a dit : je n’en ai rien à faire, je chante ce soir'", raconte encore Harry Lapp.

Le scandale et l'annulation

Jane Birkin parvient finalement à convaincre Serge Gainsbourg d'annuler. L'artiste décide alors de protéger ses musiciens et c'est tout seul qu'il monte sur scène pour clamer sa colère. Il entonne ensuite l'hymne national de Rouget de Lisle a cappella devant 3 000 spectateurs, le poing levé. 

Je suis un insoumis et qui aurait redonné à La Marseillaise son sens initial

Serge Gainsbourg

Strasbourg, le 4 janvier 1980

A ce moment-là, le photographe alsacien Christian Lutz-Sorg qui suit l'affaire prend LA photo de la soirée."Ça lui permet de remballer tout le monde et de dire : je suis un révolutionnaire, certes, mais je suis aussi un patriote", assure le photographe qui se souvient aussi de voir les paras chanter la chanson avec Gainsbourg. "Tout le monde a repris. En fait, il a réussi à caser tout le monde avec lui !". Serge Gainsbourg remboursera tous les billets, y compris ceux des bérets rouges.

Une polémique et un disque d'or

Dès sa sortie en 1979, cette adaptation de La Marseillaise remixée aux rythmes jamaïcains fait rapidement scandale. Considérée comme antimilitariste, elle provoque la colère des parachutistes. Au printemps 79, c'est l'académicien Michel Droit qui avait lancé les hostilités dans le Figaro en dénonçant "une profanation pure et simple", "une odieuse chienlit"Mais la polémique ne doit pas masquer l'importance artistique de cet album, le premier disque d'or de Gainsbourg, vendu à plus de 300 000 exemplaires en quelques semaines.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.