"Ces gens-là" : l'hommage à Jacques Brel de Lavilliers, Faithfull, Dutronc, Zaz...

Jacques Brel aurait eu 90 ans le 8 avril. Pour lui rendre hommage, Decca sort ce vendredi un album de reprises, réalisé par Larry Klein, et interprété par plusieurs générations : Michel Jonasz, Bernard Lavilliers, Carla Bruni,Thomas Dutronc, Melody Gardot, Gauvain Sers, Zaz...Tous se sont prêtés à l'exercice périlleux de revisiter les chansons de ce monument de la chanson française.

La photo de la pochette du disque, en référence à celle de l\'album de Brel, sorti en 1966
La photo de la pochette du disque, en référence à celle de l'album de Brel, sorti en 1966 (Yann Orhan)

Un artiste hors-norme

Jacques Brel. Un nom mythique dans l’histoire de la chanson française. Même si comme Adamo, Arno, Lio, Axelle Red, ou dans d’autres domaines Hergé, Peyo, François Damiens, Benoît Poelvoorde...il était belge. Un artiste qui a vécu passionnément son art, sans tricher, jusqu’à abandonner la scène quand il a senti qu’il ne vibrait plus autant qu’à ses débuts. Un touche-à-tout qui s'est essayé avec bonheur et succès dans le jeu d'acteur, un peu moins dans la réalisation. Ses rôles dans "L'Emmerdeur", "L'Aventure c'est l'aventure" ou "Les risques du métier" restent encore aujourd'hui presqu'aussi célèbres que ses magnifiques "Ne me quitte pas", "Le plat pays", "Amsterdam", "Quand on a que l'amour", et "Ces gens-là", qui sort en 1966.
Le Maxi \"Ces gens-là\" de Jacques Brel, sorti en 1966
Le Maxi "Ces gens-là" de Jacques Brel, sorti en 1966 (Barclay)

Brel a innové non seulement en tant qu’auteur, avec des thèmes abordés jusque-là en littérature, mais il était aussi un interprète phénoménal, l’acteur de ses chansons. Pour moi, il est un mélange de Bob Dylan et de Stephen Sondheim, une personnalité théâtrale et dramatique, poétique et profondeLarry Klein, réalisateur de l’album hommage

Difficile de s'attaquer à une telle référence. Mais plusieurs chanteurs et chanteuses s'y sont risqués dans le disque réalisé par Larry Klein, qui sort chez Decca ce 5 avril. Il porte ce même titre incontournable du répertoire du grand Jacques, avec une pochette qui rappelle inévitablement l'originale.
La pochette de l\'album hommage qui sort le 5 avril
La pochette de l'album hommage qui sort le 5 avril (Yann Orhan)

Des versions revisitées en live

La chanson "Vesoul" et son fameux "chauffe, Marcel" (adressé à l'accordéoniste Marcel Azzola, décédé en début d'année) est ici reprise par Thomas Dutronc, dont le père est cité dans les paroles. D'où une interprétation savoureuse lors de l'émission "Le grand Studio RTL" enregistrée le 29 mars, à mi-chemin entre Jacques Dutronc et Gainsbourg, et qui a donné lieu à plusieurs clins d'oeils : "chauffe Marc", "je hais le jazz manouche", et "t'as voulu voir Jean-Jean". 

Toutefois, cette ambiance jazzy et feutrée était réservée au live, la version studio s'éloignant beaucoup plus de l'originale avec son orgue soul-blues qui remplace l'accordéon.
De son côté, Gauvain Sers s'est attaqué à un autre classique : "La valse à mille temps". Il l'a interprétée également dans cette même émission. Le piano est virevoltant, la guitare sobre, mais l'intensité est bien là.

Des arrangements studio très travaillés

Je suis un familier de Brel depuis toujours. Je n’ai surtout pas cherché à reproduire des classiques enracinés dans la culture française mais à proposer de nouvelles versions, différentes et actuelles, tout en restant au plus près du coeurLarry Klein

Le disque a été réalisé par Larry Klein, producteur réputé et récompensé quatre fois aux Grammy Awards. Les orchestrations sont finement ciselées et apportent une couleur nouvelle à ces morceaux mille fois entendus. Une des caractéristiques du chanteur Jacques Brel était de s'emporter très souvent dans un lyrisme flamboyant. Impossible de rivaliser. Aussi, plusieurs des reprises ont opté pour une sobriété assumée avec des instrumentations modernisées mais discrètes. Carla Bruni a choisi "Quand on  a que l'amour", autre monument, mais préfère rester dans la retenue, plutôt que l'éclat dont Brel faisait preuve.

Même impression pour "Amsterdam". La chanson, jamais enregistrée en studio par Brel, avait déjà été traduite en anglais, et interprétée par David Bowie à la BBC en 1970. L'icône féminine de la pop britannique, Marianne Faithfull, reprend cette traduction, avec moins d'emphase que Brel et Bowie, mais l'orchestration accentue le registre dramatique.

Lorsque des chansons sont inscrites à ce point dans l’imaginaire, on en connaît tous les détails : je voulais inviter à redécouvrir leur puissance et qu’elles étonnent encoreLarry Klein

Gageons que le casting multi-générationnel et pas uniquement francophone attirera les jeunes générations vers la musique de cet immense artiste qu'était Jacques Brel.

La tracklist

01. Thomas Dutronc - Vesoul
02. Gauvain Sers - La valse à mille temps
03. Marianne Faithfull - Port of Amsterdam
04. Slimane - Ne me quitte pas
05. Bernard Lavilliers - La chanson de Jacky
06. Melody Gardot - La chanson des vieux amants
07. Oxmo Puccino - Il nous faut regarder
08. Liv Del Estal - L'ivrogne
09. Carla Bruni - Quand on a que l’amour
10. Michel Jonasz - Les vieux
11. Zaz - Bruxelles
12. Madeleine Peyroux - Voir un ami pleurer
13. Claudio Capéo - Ces gens-là

"Brel, Ces gens-là" interprété par Carla Bruni, Thomas Dutronc, Marianne Faithfull, Claudio Capéo, Bernard Lavilliers, Oxmo Puccino, Slimane, Melody Gardot, Zaz, Gauvain Sers, Michel Jonasz, Madeleine peyroux, Liv Del Estal. DECCA / Universal - Sortie le 5 avril