Quand Serge Gainsbourg s'appelait Lucien Ginsburg, puis Guimbard : l'enfance réfugiée en terre limousine sous l'Occupation

Il y a 30 ans, le musicien était terrassé par une crise cardiaque à l'âge de 62 ans. L'artiste a passé une partie de son enfance en Haute-Vienne avec sa famille qui fuyait l'occupation allemande.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Serge Gainsbourg adolescent lors de la seconde guerre mondiale, en exil avec sa famille dans le Limousin (Capture d'écran / France 3 / INA)

A l'occasion des 30 ans de la disparition de Serge Gainsbourg, mort le 2 mars 1991, le Limousin se souvient du jeune Lucien Ginsburg. De Limoges à Saint-Cyr en passant par Saint-Léonard-de-Noblat, sa famille juive fuyait les nazis et le régime de Vichy pendant la guerre.

Le Limousin, terre d'asile pour Serge Gainsbourg

Sous la protection du Limousin

Dans les années 40, la famille Ginsburg quitte Paris pour se mettre à l'abri des rafles. Le jeune Lucien débarque à Limoges en 1942 dans un appartement de la rue des Combes. Il a alors quatorze ans, il est juif et sa famille fuit le régime nazi aidé par un ami, musicien comme son père. Ses deux sœurs sont alors scolarisées sous la protection des religieuses de l’école du Sacré-Coeur, qui leur confient la clef du jardin pour qu’elles puissent s’enfuir en cas de rafle.

De la rue des Combes, la famille déménage à Saint-Cyr et Lucien Ginsburg est interne au collège de Saint-Léonard-de Noblat. Établissement dans lequel il sera protégé, en tant qu'enfant juif. Le directeur du lycée de Saint-Léonard ayant appris qu'il allait y avoir une descente de miliciens, lui donne une hache et lui dit d'aller dans les bois. "Si tu rencontres des Allemands tu leur diras que tu es le fils d'un bûcheron", rapporte Christophe Guillot du musée de la Résistance. C’est ainsi, que Louis Chazelas, le proviseur du lycée, sauve la vie du futur Serge Gainsbourg.

Les témoins de cette époque, qui ont croisé le chemin du petit Parisien, gardent le souvenir d'un enfant déraciné au milieu des paysans. Le musicien n'évoquait pas souvent ce passage dans le Limousin protecteur : c'est pourtant à Limoges, rue des Combes, qu'il trouvera à nouveau refuge... lors de sa rupture avec Brigitte Bardot. 

Ginsburg, Guimbard, Gainsbourg, Gainsbarre

Serge Gainsbourg est né Lucien Ginsburg le 2 avril 1928 à Paris. Au lycée de Saint-Léonard, il s'appelait Lucien Guimbard. Une fausse identité pour ne pas éveiller les soupçons en cas de descente de la milice.

En 1958, lassé de son prénom Lucien, qui fait "coiffeur pour dames" selon lui, il opte pour celui de Serge qui renoue avec ses origines slaves. Pour le nom de famille, il s'inspire du peintre Thomas Gainsborough, un artiste britannique qu’il admirait. Et beaucoup plus tard, Gainsbourg fera naître Gainsbarre, son alter ego provocateur. Un énième alias dont les consonnances rappellent un certain Guimbard. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Chanson française

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.