Jeanne Mas se livre dans "Réminiscences" : le succès, ses coulisses et ses zones d'ombre

De retour en France pour quelques concerts à Paris et à Lyon, Jeanne Mas raconte sans détours sa carrière de chanteuse dans les années 80 dans un livre intitulé "Réminiscences" publié chez Flammarion. Elle était dimanche soir l'invitée du 19/20 de France 3 Ile-de-France.

Jeanne Mas sur le plateau du 19/20 de France 3 Ile de France 
Jeanne Mas sur le plateau du 19/20 de France 3 Ile de France  (France 3 Ile-de-France)

Elle est restée dans le coeur des Français une idole des années 80. Une icône qui enchaînait les tubes comme Johnny Johnny ou Toute première fois. Jeanne Mas vit désormais aux Etats-Unis. Après plusieurs années d'absence, elle revient pour deux concerts à Paris et à Lyon (le 1er juin) dans la tournée Stars 80, et une autobiographie Réminiscences publiée chez Flammarion. Les 8 et 9 avril 2020, elle sera aussi à l'affiche de l'Olympia.

"Michel Drucker représentait tout pour moi"

Invitée sur le plateau de France 3 Ile-de-France ce dimanche 19 mai, elle se confie sur ses débuts. Notamment, l'une des ses premières apparitions télé avec Michel Drucker.

"J'étais toute jeune, raconte-t-elle. Michel Drucker représentait tout pour moi. Quand on arrivait dans ses émissions, c'était un rêve, c'était la consécration. Le rencontrer c'était pour moi extraordinaire. Par la suite, il m'a toujours épaulée. Je lui suis énormément reconnaissante."

Dans Réminiscences, elle décrit l'envers du décor et les coulisses de sa carrière. On y apprend par exemple qu'elle a failli tourner dans L'été meurtrier à la place d'Isabelle Adjani.  "J'étais très étonnée que Jean Becker vienne me chercher en Italie pour me proposer ce rôle-là. Par la suite j'ai fait des essais, mais Isabelle a tellement bien défendu ce rôle." 

Côté chanson, elle a longtemps eu peur d'être l'artiste d'un tube et de ne pas durer. "C'est vrai qua ça me terrorisait parce que moi je voulais rester. J'avais tellement de choses à prouver et à donner. Par la suite grâce à Johnny Johnny, Coeur en stéréo et Rouge et noir, je me suis vraiment installée dans le milieu."

"Je voulais hurler stop au viol"

Elle a été aussi l'une des premières femmes à dénoncer les violences faites aux femmes dans l'une de ses chansons. Une sincérité et un engagement sur des sujets de société qu'on lui a reproché. "Il faudrait vraiment rééduquer le monde. Je trouve ça atroce. Tout ce qui se passe constamment autour des femmes depuis des siècles est scandaleux et je me sens concernée car on est des êtres formidable. A l'époque je voulais hurler "stop au viol" et on m'a tapé sur les doigts."

De retour en France, cinq ans après la sortie de son dernier album, la chanteuse  se réjouit de retrouver le public parisien. "Après avoir révélé autant (dans mon livre ndlr), cet Olympia c'est vraiment des retrouvailles nécessaires avec le public" confie-t-elle.