Culture : disparition de l’académicien Jean-Loup Dabadie

Il se souvenait de tout, des conversations avec les uns, des caprices des autres, des rires et des disputes. Jean-Loup Dabadie, scénariste, parolier, académicien, s’est éteint dimanche 24 mai.

France 2

On ira tous au paradis, chanson emblématique du répertoire de Michel Polnareff. Mais c’est aussi la chanson qui a fait décoller la carrière de parolier de Jean-Loup Dabadie en 1972. Des mots simples, mais que l’on retient pour toujours. Des mots pour pleurer, danser et chanter. Toute sa vie, Jean-Loup Dabadie en a écrit. Pourtant, petit, il voulait devenir conducteur de camion. Mais le destin en a décidé autrement. Entre la télévision, le cinéma, le théâtre et la chanson, l’homme va écrire 22 scénarios, 150 sketchs et plus de 250 refrains.

Un talent polyvalent

De sa collaboration avec Guy Bedos, on retiendra une désopilante scène de drague lors d’une danse. Quant au cinéma, il lui tend les bras. Il tourne avec les plus grands comme François Truffaut, Claude Sautet ou encore Jean Becker. Et à chaque fois, c’est le même succès.

Le JT
Les autres sujets du JT
Jean-Loup Dabadie lors du tournage de l\'émission \"Le Grand échiquier\" (12 décembre 1973)
Jean-Loup Dabadie lors du tournage de l'émission "Le Grand échiquier" (12 décembre 1973) (JEAN ADDA / INA / via AFP)