Brassens à Sète : un "Petit guide (très orienté)" de la ville pour emboîter le pas au poète

Deux passionnés ont écrit un guide qui nous emmène sur les pas de Brassens dans sa ville natale de Sète.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Georges Brassens au bord du canal à Sète. (BANQUE D'IMAGES MEDITERRANEENNE / MAXPPP)

Georges Brassens pas à pas. Petit guide (très orienté) de Sète, c'est le titre de cet ouvrage écrit par deux hommes, Lonjon et Wagnon, qui partagent le même prénom - Bernard - ainsi qu'une passion sans limite pour l'auteur des Copains d'abord

Avec ce guide, les deux Bernard emmènent le lecteur à la découverte de 27 lieux de prédilection du chanteur qui naquit à Sète en octobre 1921. Cartes postales d’époque, photos plus récentes, anecdotes... C'est toute l'enfance et la vie du poète sétois qui défilent. Un périple qui permet de découvrir comment cette ville de l'Hérault a façonné l'âme de Brassens et comment elle l'a inspiré pour ses chansons.

Quand ils sont de passage à Sète, les touristes un peu pressés se rendent en priorité à l'Espace Brassens, puis presque "en face", sur la tombe du chanteur, au cimetière Le Py (section 9, allée A) où l'artiste est enterré auprès de sa sœur Simone et son mari mais surtout de sa compagne Püpchen. 

Ceux qui ont davantage de temps peuvent se rendre devant de sa maison natale, située dans une rue montante vers le Mont Saint-Clair, une rue rebaptisée récemment rue Brassens (plaque visible au 54). "C'est là où sont nés et où sont morts la plupart des gens de la famille Brassens. Elle est toujours habitée par les Granier, neveux de la mère de Georges Brassens" précise Bernard Wagnon.

La maison natale de Brassens à Sète. (VINCENT  ANDORRA / MAXPPP)

Le refuge de l'enfant et de l'ado

Mais il existe d'autres lieux moins connus mais très intéressants pour Brassens. Parmi eux, le parc du Château d'eau qui se trouve entre le domicile familial et l'école où allait le petit Georges. "Sa grand-mère le traînait ici voir les poissons rouges. Ça permettait de l'emmener à l'école sous un autre prétexte... Brassens avait horreur de l'école !".

Le jardin recèle un autre recoin très prisé par celui qui a toujours eu un succès certain auprès des femmes, "une grotte où Brassens ado venait s'isoler pour conter fleurette aux jeunes filles..." s'amuse Bernard Wagnon. Parmi les chansons qui évoquent cette époque, Mes amours d'antan.

La grotte où Brassens aimait emmener ses conquêtes... (E. Garibaldi / France Télévisions)

Plus inattendu, l'ancien commissariat. "C'est ici", écrivent les deux auteurs, "au 11 rue Alsace Lorraine, que le jeune Brassens fut interrogé avec ses copains par les policiers suite à la plainte d'une dame à qui l'on avait volé ses bijoux...". Comme souvent avec Brassens, cette anecdote est devenue une chanson, Les quatre bacheliers.

Les auteurs

Installé à Sète depuis plusieurs années, Bernard Wagnon est un ancien maître de conférences à l'Institut national polytechnique de Grenoble. Bernard Lonjon est lui un ancien informaticien passionné par la littérature des XIXe et XXe siècles et par la chanson française. Il a publié de nombreux ouvrages consacrés à Brassens : Brassens, Les jolies fleurs et les peaux de vache (cahier photos, Éditions de l’Archipel), J’aurais pu virer malhonnête – La jeunesse tumultueuse de Georges Brassens (Éditions du moment), Brassens, Auprès de mon âme (essai, chez Textuel avec CD).

Le "petit guide" de Bernard  Lonjon et Bernard Wagnon. (L'an Demain Editions)

"Georges Brassens pas à pas. Petit guide (très orienté) de Sète"

de Bernard Lonjon Bernard Wagnon (Éditions  L'AN DEMAIN)

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.