Anne Sylvestre était "une des plus grandes plumes de l'histoire de la chanson" française, selon Bertrand Dicale

Le spécialiste musique de franceinfo Bertrand Dicale revient sur la carrière de la chanteuse, décédée mardi à l'âge de 86 ans.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Anne Sylvestre, le 4 novembre 2003, à Paris. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Anne Sylvestre était "une des plus grandes plumes de l'histoire de la chanson" française, a résumé le spécialiste musique de franceinfo Bertrand Dicale, mardi 1er décembre sur franceinfo, après la mort de la chanteuse, à l'âge de 86 ans. Connue principalement pour ses Fabulettes pour enfants, son répertoire est également riche de chansons plus engagées. "Elle a donné à quelques grandes idées, notamment le féminisme, des chansons absolument immenses, qui vont beaucoup plus loin que le slogan, qui sont des chansons qui ont remué les gens", a souligné Bertrand Dicale.

franceinfo : Quelle facette d'Anne Sylvestre retenez-vous : la chanteuse à textes ou la chanteuse pour enfants ?

Bertrand Dicale : Evidemment la chanteuse à textes, car la chanteuse pour enfants c'est un peu une conséquence de cette histoire. Anne Sylvestre, et vraiment je pèse mes mots, c'est une des plus grandes plumes de l'histoire de la chanson. C'est une autrice absolument incroyable dont Brassens lui-même disait qu'il était très admiratif devant sa façon d'écrire, et qui a influencé plusieurs générations de chanteurs qui disent volontiers qu'ils ont grandi avec elle, Aldebert, Renan Luce, Agnès Bihl, les Ogres de Barback… Énormément de gens ont été très influencés par sa manière extrêmement précise, savante d'écrire. C'est un peu la même école que Brassens, cette école de la chanson poétique à guitare, mais aussi de dire la vérité du monde. Beaucoup plus que Brassens pour le coup, elle était engagée dans la vie, et elle a donné à quelques grandes idées, notamment le féminisme, des chansons absolument immenses, qui vont beaucoup plus loin que le slogan, qui sont des chansons qui ont remué les gens et qui ont fait avancer des millions de gens pendant des années.

Une sorcière comme les autres, sortie en 1975, en est un exemple frappant : Anne Sylvestre y évoque la condition féminine et notamment la maternité…

Une sorcière comme les autres est une chanson qui parle aux hommes. Et des dizaines de gens, des responsables politiques comme des gens ordinaires on dit qu'ils sont devenus féministes par cette chanson, parce qu'elle dit ce qu'est la destinée des femmes pendant des siècles et des siècles. Et elle n'était pas militante le poing levé, elle était militante du cœur, et c'est ça qui fait sa valeur. D'ailleurs, on n'a pas l'impression qu'il y ait de mauvaises chansons d'Anne Sylvestre. Il y a toujours ce niveau d'écriture, de mélodie, d'émotion, de sensibilité, de générosité qui est toujours le même. Ce qui fait qu'elle a pu chanter absolument tout et n'importe quoi : la cuisine, les escaliers, le vin, la campagne, le vent. Elle a fait des chansons un peu sur tout et toujours avec cette même qualité d'écriture et de profondeur.

Elle a marqué également plusieurs générations d'enfants avec ses "Fabulettes". Comment expliquer son succès ?

Elle est une extraordinaire inventrice de chansons pour enfants, avec une particularité : elle n'a jamais chanté pour les enfants. Elle n'est jamais montée sur scène pour chanter les Fabulettes, elle a toujours refusé. Mais elle aimait bien cette idée que, dans les maternelles, dans les familles, on continue à chanter ses chansons qui lui venaient naturellement, parce qu'elle avait un côté émerveillé. Elle a eu une enfance assez meurtrie pendant la guerre et elle n'avait certainement pas eu l'émerveillement qu'elle a voulu qu'aient tous les enfants dans leur enfance. Et elle a, toute sa vie, écrit des chansons pour les enfants en disant qu'elle était une chanteuse pour les grands, mais qu'il y avait l'enfant Anne Sylvestre qui continuait à partager des chansons avec les enfants. Et c'est ça qui a fait les "Fabulettes", qui ont non seulement été une influence pour plein d'enfants, mais qui ont appris aux enfants à grandir, à apprivoiser leurs parents, à apprivoiser l'école et l'ennui, à apprivoiser la tristesse… Elle a toujours fait des chansons qui se placent du côté des enfants.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.