30 ans de la mort de Serge Gainsbourg : sa fille Charlotte se souvient de "quelqu'un de plutôt secret et d'infiniment touchant"

Charlotte Gainsbourg s'est confiée à France Inter à propos de son père Serge, à l'occasion des trente ans de la mort du chanteur. Elle évoque notamment sa "timidité déguisée en agressivité par moments".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Serge et Charlotte Gainsbourg en 1986 (MICHEL GANGNE / AFP)

A l'occasion des trente ans de la mort de son père, Serge Gainsbourg, décédé d'une crise cardiaque à 62 ans le 2 mars 1991, Charlotte Gainsbourg se souvient mardi dans l'émission Boomerang de France Inter de "quelqu'un de plutôt secret et d'infiniment touchant" et d'une "personnalité tellement à part".

Elle évoque sa "timidité déguisée en agressivité par moments", sa "part de l'enfance qui ne l'a jamais quitté", son "rapport aux femmes, à son physique dont il a souffert jusqu'à s'en servir".

"Ma soeur et moi étions en lutte pour l'empêcher de boire"

Au sujet de sa timidité, elle dit l'avoir vu "lutter avec ses outils à lui, qui étaient l'alcool, une certaine agressivité. Je trouve ça normal d'aller vers une provocation quand on est à ce point verrouillé. Il me faisait peur par rapport à sa santé à lui, parce qu'il se foutait en l'air. Ma soeur Kate et moi étions en lutte tout le temps pour l'empêcher de boire, de fumer. C'était des choses incompatibles avec qui il était. J'avais peur de le perdre", avoue Charlotte Gainsbourg au micro d'Augustin Trapenard.

Lorsqu'elle évoque sa relation avec son père, Charlotte parle d'"un rapport très innocent de père-fille, très pur et beau". En trente ans, elle n'a que peu écouté les chansons de son père.

"La voix a quelque chose de tellement vivant. C'était me torturer que de l'écouter. Il y a un charme qui se dégage, qui n'a jamais diminué, qui exprime toute sa beauté."

Charlotte Gainsbourg

France Inter

Selon elle, la provocation dont Serge Gainsbourg usait et abusait "était un outil nécessaire pour faire bouger les choses. Bien sûr, c'est une arme contre sa timidité et une manière de se pousser", nuance-t-elle. "C'était beaucoup d'humour de sa part."

Charlotte Gainsbourg a désormais pour projet d'ouvrir l'hôtel particulier de son père, rue de Verneuil à Paris, au public. "Tout est resté, jusqu'à l'odeur de cigarette qui est restée très longtemps. Je voulais capturer cet endroit et que ce soit figé dans le temps", dit-elle. Après son décès, elle s'y enfermait "pour le retrouver. C'était le seul endroit où il y avait encore une part de secret", se souvient-elle. Cette maison est d'ailleurs le lieu où Serge Gainsbourg est mort. "Je me souviens avoir appris qu'il était mort à la télé", se rappelle la chanteuse.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.